Les partis se prononcent sur le logement social

Patrick
Patrick Voyer
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

L'organisme de défense des droits des personnes à faible revenu Logemen'occupe a reçu cet après-midi un représentant des quatre principaux partis dans ses locaux, soit les quatre candidats dans le comté de Hull.

Une quarantaine de personnes se sont entassées dans la salle polyvalente pour entendre ce que Maryse Gaudreault (PLQ), Bill Clennett (QS), Étienne Boulrice (CAQ) et Gilles Aubé (PQ) avaient à dire sur la situation des logements abordables et les droits des plus fragilisés.

Devant des besoins énormes (50 000 logements abordables à la grandeur du Québec sont nécessaires) et un coût de la vie qui ne cesse de grimper, le coordonnateur de Logemen'occupe et militant bien connu dans la région François Roy, avait bien hâte de savoir quel parti prône un meilleur partage des richesses.

Écoutez sur la vidéo la vision de chaque parti sur la pauvreté.

Concernant une politique globale d'habitation, voici ce que chacun des candidats avait à dire.

Maryse Gaudreault (PLQ): «Il ne faut pas oublier que nous sommes dans une période de restriction budgétaire, nous atteindrons l'équilibre l'an prochain. Alors 4 milliards $ (pour 50 000 logements), c'est beaucoup d'argent. Je vous rappelle toutefois que la Ville de Gatineau détient le budget nécessaire pour la construction de 160 nouveaux logements.»

Bill Clennett (QS): «Nous avons pris des engagements en 2008 pour que le droit au logement soit dans la Charte québécoise des droits. C'est essentiel, parce qu'il y a encore 260 000 personnes mal logées au Québec.» Bill Clennett désire garder le registre des logements disponibles, même si ses opposants trouvent qu'il coûte trop cher à mettre à jour (plusieurs millions par année).

Étienne Boulrice (CAQ): «Je ne ferai pas de promesses pour le nombre de logements, ça dépendra du cadre financier. Mais je suis pour enchâsser tout ça dans la Charte, car les recours pourront être faits plus facilement.»

Gilles Aubé (PQ): «Nous avons un plan de lutte contre la pauvreté qui favorise la réinsertion sociale et l'aide au logement. Le PQ veut construire 3000 logements durant les cinq prochaines années et rénover les parcs à HLM déjà existants.»

Les quatre ont aussi été appelés à se prononcer sur le maintien possible de l'aide fédérale. Gilles Aubé a tiré à boulets rouges sur le gouvernement Harper, qu'il accuse d'abandonner le Québec et de couper dans les programmes d'aide, et a même offert son appui aux gens qui voudraient aller manifester contre ses politiques. Maryse Gaudreault et Étienne Boulrice pensent toutefois qu'il faut garder de bonnes relations avec Ottawa pour aller chercher les sommes revenant à la province.

Enfin, sur les mesures d'urgence au logement, les candidats ont tous été d'accord: il faut simplifier la paperasse et revoir un système de sélection dépassé qui ne prend pas en compte chaque cas. Par exemple, une personne fragilisée souffrant de troubles mentaux n'arrive pas toujours à remplir les formulaires nécessaires afin de ne pas se retrouver sur une liste d'exclusion qui le privera durant cinq ans du droit d'habiter un logement abordable.

Organisations: PQ, PLQ, Ville de Gatineau

Lieux géographiques: Québec, Région François Roy, Ottawa

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires