Passion explosive et tranche d'histoire

Benoit Sabourin
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Ce n’est pas tous les jours qu’on a la chance de passer à l’histoire. C’est pourquoi Maxime Lessard-Giroux a bien l’intention de participer activement au défi hors du commun qui l’attend à l’extérieur du pays au cours des six prochaines semaines.

Maxime Lessard-Giroux tentera d’écrire l’histoire ces prochaines semaines en participant avec une cinquantaine d’autres artificiers à la mise en scène du plus impressionnant spectacle de feux d’artifice jamais présenté.

Le jeune artificier de 21 ans du secteur de Buckingham a été sélectionné pour se joindre à une cinquantaine d’autres spécialistes comme lui qui tenteront de mettre sur pied le plus impressionnant spectacle de feux d’artifice de l’histoire.

Rassemblée par la firme italienne très réputée Parente Fireworks, l’équipe est composée d’Allemands, d’Italiens et de Canadiens. Elle devra fignoler une prestation d’une heure qui sera présentée le 14 novembre pour souligner le 51e anniversaire de l’indépendance du Koweït. Au total, 70 000 produits étalés sur 55 barges exploseront à l’intérieur d’une période de 60 minutes. La représentation aura lieu dans le golfe Persique.

«C’est du jamais vu, raconte Maxime. Même en Chine, où de gros spectacles du genre ont lieu, ça n’a jamais été produit. Ce sera un record Guinness. Ça risque d’être impressionnant quand on pense qu’entre 6000 et 7000 produits explosent durant une soirée des grands feux du Casino qui dure un peu moins de 30 minutes. Nous allons travailler trois semaines pour un spectacle d’une heure.»

Dans la vie de tous les jours, ce petit gars du coin est programmeur et designer pour la firme Apogée Fireworks durant les grands feux du Casino du Lac-Leamy. Le reste de l’année, il travaille sur différents événements. Le IronMan de Mont-Tremblant 2012 et le GlobalFest de Calgary 2011 font entre autres partie des projets auxquels il a apporté son savoir-faire.

Il est tombé amoureux de ce monde peu habituel des artifices à l’âge de 14 ans, lorsqu’il a été embauché pour nettoyer les chantiers après les différentes prestations des grands feux. Dès qu’il a eu 18 ans, il a pu commencer à manipuler les explosifs.

Avec son expérience cumulée sur le terrain – il compte une centaine de spectacles derrière la cravate depuis trois ans -, Maxime détient aujourd’hui le grade d’artificier mondial de niveau deux. Un titre très rare pour un si jeune artificier québécois.

Ces derniers mois, il a refusé des opportunités de travail pour Berlin, Shanghaï et Séoul sous motif de raisons personnelles. Il est désormais prêt à commencer son aventure internationale. Il désire un jour devenir producteur d’événements mondiaux.

«Le Koweït sera mon premier périple à l’extérieur, dit-il. J’ai beaucoup de projets intéressants pour l’avenir, mais je ne peux pas en dire plus pour l’instant. J’aime bien le côté administratif des choses. Je veux vraiment en faire une carrière.»

En attendant, celui qui fêtera ses 22 ans en décembre espère en apprendre beaucoup pendant son séjour au nord de la péninsule arabique. Il doit quitter le Canada le 23 octobre. Pendant près d’un mois, il dormira en plein désert dans un campement spécial. Il aimerait bien que son nom se retrouve dans le livre des records Guinness si tout va comme prévu. «Ça serait bon pour mon curriculum vitae.», lance-t-il en riant.

Organisations: Guinness, Apogée Fireworks, Casino du Lac-Leamy IronMan

Lieux géographiques: Koweït, Secteur de Buckingham, Golfe Persique Chine Mont-Tremblant Calgary Berlin Shanghaï Canada

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires