Le Musée canadien des Civilisations fera place au Musée Canadien de l’histoire

Marie Pier
Marie Pier Lécuyer
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Fini le Musée canadien des Civilisations, c’est maintenant le Musée canadien de l’histoire qui aura pignon sur rue à Gatineau. D’ici peu le nom ainsi que le mandat de l’édifice de la rue Laurier seront modifiés, comme l’a confirmé le ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles, James Moore.

Un budget de 25 millions $ est alloué à la transformation du musée, une somme qui provient du budget actuel du Patrimoine canadien. Questionné à savoir si ces investissements amputeraient le budget d’autres musées ou événements à travers le Canada, le ministre James Moore affirme que non. Il a aussi voulu rassurer les contribuables canadiens en indiquant que ce changement n’entraînera pas de coûts supplémentaires.

Le gouvernement Harper présentera une loi en vue de créer le Musée canadien de l’histoire et entend aussi présenter des modifications à la Loi sur les musées, dans le but de faire changer le nom, mais aussi le mandat de l’endroit. «Le nouveau mandat de ce musée sera enraciné dans l’histoire du Canada», indique le ministre. Cette annonce s’inscrit dans la foulée d’une série de mesures en vue des célébrations du 150e anniversaire du Canada.

James Moore affirme que le Musée canadien de l’histoire mettra en valeur des réalisations nationales, que ce soit en présentant le dernier crampon de la construction du chemin de fer Canadien Pacifique ou le chandail de hockey de Maurice Richard. «Le Canada a besoin d’une institution nationale qui raconte l’histoire du Canada», estime-t-il.

Plus de 50 000 pieds seront rénovés d’ici 2017, l’année du 150e anniversaire du Canada. La moitié des salles d’expositions permanentes de l’endroit seront transformées progressivement au cours des prochaines années. Une nouvelle aire d’exposition permanente sera aussi du nouveau Musée canadien de l’histoire et viendra présenter des expositions d’autres musées canadiens. Le Musée des enfants et le théâtre Imax, notamment, ne devrait pas être touchés par les transformations qui s’effectueront.

Le ministre Moore affirme aussi que le gouvernement ne s’ingèrera pas dans le contenu du Musée canadien de l’histoire, indiquant que c’est le conseil d’administration du musée et l’équipe qui prendront les décisions. «Je ne suis pas un ministre qui s’implique dans les affaires des musées, affirme-t-il. C’est à eux de décider.» Il a donné l’exemple de l’exposition sur la sexualité au Musée des sciences et de la technologie qui a été présentée malgré qu’il n’aimait pas le tout, pour démontrer qu’il n’interfèrera pas dans les décisions du futur Musée canadien de l’histoire.

Par ce changement de vocation, le gouvernement espère faire en sorte que les Canadiens connaissent mieux leur histoire, référant à des études qui démontrent que les citoyens du pays connaissent peu leur histoire. Une consultation pancanadienne sera organisée au cours des prochains mois afin de connaître les principaux thèmes intéressant les Canadiens.

Rappelons que le Musée canadien des Civilisations est parmi les plus visités du pays.

Quelques inquiétudes chez Tourisme Outaouais

Bien qu’il se réjouisse de l’annonce du ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles, James Moore, concernant les investissements qui seront faits dans ce qui sera bientôt le Musée canadien de l’histoire, le directeur général de Tourisme Outaouais, Gilles Picard a certaines inquiétudes au niveau des expositions internationales.

Ce dernier a assisté à l’annonce officielle qui se tenait dans le Musée canadien des Civilisations. «On est content quand même de voir que des investissements vont être faits, indique le directeur général de Tourisme Outaouais. C’est toujours bienvenu au niveau du produit touristique de l’Outaouais.»

«Je ne suis pas un ministre qui s’implique dans les affaires des musées, affirme-t-il. C’est à eux de décider.» James Moore

Par contre, Gilles Picard avoue avoir quelques inquiétudes au niveau des expositions internationales. «Il y a des réponses qui demeurent un peu floues», estime-t-il. Au niveau de l’industrie touristique, ce sont surtout les expositions internationales qui attirent la clientèle, que ce soit sur la Chine ou l’Égypte, par exemple, croit le directeur général, sans rien enlever aux expositions canadiennes.

Gilles Picard se questionne aussi sur la portion marketing qui aurait peut-être été sous-évaluée, rappelant qu’un changement de nom nécessite beaucoup d’investissement. «Je n’ai pas de chiffre, mais ça semble être un peu laissé de côté. Ils ont mentionné que ça ne coûtait pas cher», ajoute le directeur général.

Les libéraux réagissent à l’annonce

Le porte-parole du Parti libéral du Canada (PLC) en matière de patrimoine, Scott Simms croit pour sa part que le gouvernement conservateur tente d’utiliser le Musée canadien des civilisations afin de promouvoir ses messages. «Ce gouvernement a décidé que le Musée canadien des Civilisations ne serait plus axé sur l’histoire du monde, mais qu’il se concentrera plutôt sur des événements des symboles historiques qui correspondent plus au message des conservateurs», estime-t-il.

Scott Simms affirme que le gouvernement ne doit pas se servir de cette modification au mandat du Musée canadien des Civilisations pour faire passer ses messages. «Les conservateurs ne doivent pas se servir de ce changement de mandat comme une excuse pour transformer le musée en une filiale de la machine à messages partisans du Parti conservateur», conclut-il dans un communiqué envoyé aux médias.

 

Organisations: Musée canadien des Civilisations, Patrimoine canadien, Musée des enfants Imax Musée des sciences

Lieux géographiques: Canada, Canadien Pacifique

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Simon
    16 octobre 2012 - 15:09

    J'éprouve un malaise.....il y a anguille sous roche.