Du GHB fait tourner une fête au drame

Daniel LeBlanc
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Quatre jeunes adultes ont été transportés d’urgence à l’hôpital au milieu de la nuit de vendredi à samedi après avoir consommé volontairement lors d’un party rave à L’Ange-Gardien une quantité inconnue de GHB, mieux connue sous le nom de drogue du viol. Du nombre des victimes, au moins une est dans un état jugé sérieux.

drogue du viol

Les événements sont survenus lors d’une grande fête privée à laquelle participaient entre 300 et 400 jeunes sur un terrain situé à l’intersection des chemins Donaldson et Gorman.

Vers 2h, les services d’urgence ont reçu un appel à l’effet qu’un jeune homme se trouvait dans un état comateux après avoir été intoxiqué par une substance illicite. Les paramédics ont finalement vite découvert que trois hommes et une femme âgés dans la vingtaine étaient inconscients, dont deux en arrêt cardiorespiratoire.

Les fêtards ont été transportés à l’hôpital de Buckingham où on a constaté qu’ils avaient consommé ce type de drogue potentiellement mortelle, en plus de l’alcool.

Au moment d’écrire ces lignes, deux des personnes avaient obtenu leur congé de l’hôpital, tandis qu’une autre était dans un état stable et que la dernière se trouvait aux soins intensifs.

Le Service de la Sécurité publique de la MRC des Collines-de-l’Outaouais, qui avait été mis au courant qu’un tel party aurait lieu, ne portera pas d’accusations dans ce dossier.

La fête s’est déroulée en accord avec le propriétaire de l’endroit et aucune plainte de bruit n’a été logée aux autorités.

Organisations: Service de la Sécurité publique

Lieux géographiques: Hôpital de Buckingham

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Hugo
    22 juillet 2012 - 08:36

    Il est toutefois important de souligner que l'usage de votre image porte à confusion et tend à entretenir le mythe que le Ghb est toujours consommé de façon involontaire. Dans cet événement, il ne s'agit pas d'une personne ayant déposé la substance dans un verre sans surveillance mais bien une consommation volontaire sans lien préalable avec une tentative de viol.