Le conseil de Montpellier refuse d’appuyer une demande des Rayons de soleil

François Robert
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Le club de l’âge d’or des Rayons de soleil de Montpellier s’est vu refusé l’appui du conseil municipal de la localité pour une demande de subvention au programme fédéral Nouveaux horizons, selon leur président, Bernard Gratton.

Le maire de Montpellier , Pierre Bernier, à son hôtel de ville.

Le maire Montpellier n’a pas la même lecture de la situation. «Premièrement de dire que l’on a refusé qu’ils puissent faire une telle demande, c’est à la fois faux et ridicule. Je ne comprends pas cette accusation-là. Ils sont venus nous voir avec une idée de demande de subvention mais le contenu de cette demande avait trait à des immobilisations de la municipalité », rétorque Bernier.

«Ce que l’on a répondu aux gens c’est écoutez, on pense que l’argent de nouveaux horizons devraient servir directement aux personnes âgées, et qu’il appartient à la municipalité de s’occuper des immobilisations. On leurs a dit (parce qu’eux ils utilisent beaucoup le centre communautaire que l’on met à leur disposition) s’il y a des besoins dans le centre communautaire, faites-nous en part et on va s’en occuper, nous c’est notre responsabilité, donc chacun gère ses affaires», soutient M. Bernier.

Le maire de Montpellier dit même avoir fourni une autre piste pour investir l’argent. « Regarder ailleurs, entre autres, l’association des loisirs a un projet de faire de notre parc municipal, un parc intergénérationnel. Mais au centre communautaire, s’il y a des chaises brisées, on va s’occuper de ça. On ne pense pas qu’il appartient à d’autres de s’immiscer dans la gestion des immobilisations de la municipalité, d’où la position que l’on a prise. Le conseil fait front commun là-dessus. »

Tout se complique encore dans cette histoire quand on apprend que la salle n’appartient pas à la municipalité, elle l’entretient. La salle communautaire appartient à la famille Robineau qui en délègue la responsabilité à la fabrique, et la fabrique n’a pas les moyens de l’entretenir, alors c’est le conseil de Montpellier qui le fait, a expliqué M. Gratton.

Le président des Rayons de soleil croit que la municipalité aurait dû donner son aval à leurs projets de rénovations. «Pour que nous autres on puisse entreprendre des travaux qui ne leur coûte rien, qu’on pourrait aller chercher une subvention à travers Nouveaux horizons qui est disponible pour les clubs d’ainés, on leur a envoyé une lettre pour les rencontrer et leur offrir nos services. Et puis on les a rencontrés. Et ils nous ont carrément refusés. Ils ne veulent rien savoir de nous autres, ça a l’air parce qu’ils nous ont dit de leur faire une liste des travaux qu’il y avait à faire et qu’ils allaient embarquer ça sur leur budget et faire payer les contribuables.»

«Maintenant, depuis ce temps-là, on a confirmé leur réponse, il y a beaucoup de citoyens qui sont allés à la séance du conseil mercredi passé, les gens se sont exprimés et la municipalité ne veut rien savoir et c’est quelque chose que personne ne comprend pourquoi ils refusent l’aide? Je vais vous dire qu’est-ce que nous a répondu le maire au nom du conseil:«dans le passé, il y en a qui ont dit, c’est à cause de nous autres que vous avez ça» et ils ont peur que ça se répète. Ben voyons!, s’exclame M. Gratton. Quand même que le monde dirait de quoi? Et en plus, moi si j’étais en charge, je dirais aux gens on est chanceux que c’est tel club qui nous a eu ça, mais eux autres, ils nous ont refusé. Alors moi en retour j’informe les gens.» Il en a d’ailleurs parlé lors de l’ouverture de la nouvelle saison d’activité des Rayons de Soleil le 12 septembre dernier.

Organisations: Conseil de Montpellier, Association des loisirs

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires