Démission au conseil de Mayo

Benoit Sabourin
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Le conseiller Michel Pellerin a annoncé jeudi qu’il démissionnait de son poste afin de se lancer dans la course à la mairie de Mayo.

Des élections sont prévues à la mairie de Mayo le 2 décembre, à la suite du décès de Gaétan Brunet en août dernier.

La municipalité doit tenir des élections le 2 décembre afin de combler le poste de maire qui est vacant depuis le décès de Gaétan Brunet en août. Réal Madore assure le poste par intérim pour l’instant. La période de mises en candidatures sera ouverte du 19 octobre au 1er novembre.

M. Pellerin affirme qu’il y a un manque de transparence présentement au sein de l’administration municipale de Mayo. Cela dure depuis déjà plusieurs années, assure-t-il. «C’est un cercle très fermé, dit-il. Je pose plusieurs questions sur différents sujets et les autres n’aiment pas ça autour de la table. Je veux remettre de l’ordre dans la place. Il y a trop de choses bizarres qui se passent présentement.»

Il affirme ne pas vouloir être maire pour un mandat complet. Il espère être en place pour l’année qui vient seulement. Rappelons que des élections municipales sont prévues à l’échelle de la province en novembre 2013. «Je veux être un maire de transition, indique M. Pellerin. Je veux apporter ma contribution pour Mayo parce qu’en ce moment, ça ne va pas bien dans la ville.»

Rappelons que le nom de M. Pellerin a fait les manchettes il y a deux semaines après que la Commission municipale du Québec (CMQ) ait déposé un rapport sur une enquête en lien avec des manquements au code d’éthique et de déontologie pour les élus municipaux qui seraient survenus en décembre 2011. M. Pellerin était ciblé par cette plainte qui faisait allusion à des propos diffamatoires qu’aurait tenus l’ancien conseiller. Il aurait également utilisé ou communiqué des renseignements obtenus dans l’exercice de ses fonctions qui ne sont pas à la disposition du public

Après enquête, la CMQ n’a pu rendre de décision puisque le directeur général de la municipalité n’avait pas suivi la procédure adéquatement en omettant de publier un avis public lors de l’adoption du règlement visant la mise en place du code déontologique. Au total, les frais d’avocats déboursés par la municipalité dans cette histoire s’élèvent à un peu plus de 16 000$.

Organisations: Conseil de Mayo, Commission municipale du Québec

Lieux géographiques: Mayo

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires