Déménagement du guichet Desjardins à Ripon: le dg veut rassurer

François Robert
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Suite à plusieurs inquiétudes et questions soulevées par des sociétaires de la caisse Desjardins en lien avec le déménagement du guichet de Ripon, le directeur général, Philippe Harkins a accordé une entrevue exclusive au journal pour tenter d’expliquer mieux le contexte de cette relocalisation et rassurer les gens de Ripon.

«D’abord, il est important que les gens comprennent que le bâtiment où nous étions situés ne nous appartenait plus depuis des années et que le propriétaire actuel voulait récupérer le local occupé par le guichet. Avec le projet de l’IQAFF (l’Institut Québécois d’Aménagement de la Forêt Feuillue, organisme affilié à l’Université du Québec) qui s’en vient sur le site où était autrefois le guichet, nous n’avions carrément pas le choix de quitter », précise-t-il, lettre à l’appui. 

Ensuite, celui qui dirige les destinées de la Caisse populaire de la Petite-Nation veut aussi que la population comprenne que le nouvel emplacement du guichet est loin d’être dénué d’intérêt. Le guichet s’inscrit au cœur d’un autre projet très porteur pour la municipalité de Ripon, la Place du marché qui prend graduellement forme depuis plusieurs mois. Mais voilà une grande partie du problème: comme la construction de la rue et du reste du site n’est que partiellement terminée, plusieurs citoyens ont encore du mal à percevoir les avantages apportés par cette relocalisation.

Plus problématique encore, le contexte de «chantier» des derniers jours ne représente pas un contexte sécuritaire pour aller faire des retraits le soir, selon certains riponnais, ce qui inquiète notamment plusieurs aînés. Deux dames de la localité ont d’ailleurs questionné le maire de Ripon à ce sujet lors de l’assemblée du conseil de jeudi soir en présence d’un représentant de votre journal.

Le dirigeant de la caisse se sent un peu impuissant à ce chapitre et demande la compréhension, mais surtout la patience aux utilisateurs du guichet:«Cette situation est temporaire et la rapidité à laquelle la rue qui donnera accès au guichet sera complétée est hors de notre contrôle. La municipalité est le maître-d’œuvre du chantier de la rue et elle doit respecter toutes les règles des ministères du gouvernement à ce chapitre », plaide-t-il. Monsieur Harkins dit être avoir parlé plusieurs fois au maire pour lui demander de ne pas tarder. «Que puis-je faire de plus?», demande-t-il, en somme. « Nous ne pouvions quand même pas fermer le guichet, les gens auraient été encore plus mécontents.», ajoute-t-il, pour montrer les limites de son pouvoir dans les circonstances.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires