Un 17e Déjeuner du maire moins fructueux qu’en 2008

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Alors que la situation précaire de l’économie agissait comme trame de fond sur le Déjeuner du maire en 2008, voilà que la diminution des dons des commanditaires est venue affecter les revenus du traditionnel brunch qui se déroulait samedi.

Environ 1900 personnes ont franchi les portes de la grande salle de bal du Hilton Lac-Leamy pour se régaler à volonté de tout ce que l’on peut se mettre sous la dent dans ce genre d’occasion, ou presque. Le tout moyennant l’achat du billet d’entrée et une denrée non périssable.

Bien que le Déjeuner en tant que tel ne représente que 10% du financement pour la confection des paniers de Noël qui seront distribués samedi prochain aux familles moins nanties des secteurs d’Aylmer, Hull et Gatineau, le montant généré par l’événement est moins important que l’an dernier. «On a eu un peu plus de difficulté à vendre nos billets pour le service de 9h, indique le président de la Corporation du Déjeuner du maire, Guy Nadon. On va revoir notre stratégie l’année prochaine parce que notre objectif ultime est de vendre nos 2000 billets disponibles. On pourrait peut-être offrir un service seulement au lieu de deux, on va se pencher là-dessus lors de notre post mortem.»

Au total, 80 000$ ont pu être amassés contre une somme de 87 000$ l’année dernière. Cette diminution de revenus est due à la baisse d’achalandage, oui, mais c’est plutôt l’implication moindre des commanditaires qui en est la cause en majeure partie. «On a perdu certaines commandites comme celle de Bowater, qui était avec nous depuis plusieurs années. On comprend que l’entreprise a d’autres obligations actuellement, mais elle représentait tout de même 5% de nos paniers», affirme M. Nadon.

D’autres facteurs expliquent également le nombre à la baisse, estime-t-il. La venue des Jeux du Québec à Gatineau l’été prochain et l’élection municipale de novembre dernier ont eu un certain impact sur la participation financière des entreprises donatrices, croit M. Nadon. «Elles (les entreprises) ont tant de milliers à donner et la tarte est plus grande… On doit faire avec la situation», dit-il, ajoutant que l’absorption de l’augmentation des prix des denrées à l’achat entre aussi en ligne de compte.

Quoi qu’il en soit, l’événement aura permis au final la confection de 920 paniers de Noël qui seront livrés samedi prochain, six jours avant Noël. Ce nombre représente 50% des paniers distribués par la Société Saint-Vincent-de-Paul. «Quand on regarde ce qu’a accomplit notre équipe, on ne peut être que satisfait. Et on n’a aucune pression de la part de la Saint-Vincent-de-Paul. Ils prennent ce qu’on leur donne et sont toujours très contents…»

Organisations: Corporation du Déjeuner, Bowater, Société Saint-Vincent-de-Paul

Lieux géographiques: Gatineau, Aylmer, Hull Saint-Vincent-de-Paul

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires