PTI: la formule au prorata des ex-villes devrait changer

Yannick
Yannick Boursier
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Au cours de la prochaine année, la Ville de Gatineau se penchera sur la façon de distribuer l'argent dans le Programme triennal d'immobilisation (PTI) et pourrait abandonner la pratique du prorata des ex-villes en place depuis la fusion.

PTI: la formule au prorata des ex-villes devrait changer

Depuis la fusion, une entente avait été conclue pour que les dépenses du PTI pour les routes et les aqueducs, entre autres, soient réparties également dans les cinq secteurs, selon une formule basée sur la population de ces ex-villes. Cette entente visait à assurer une certaine stabilité dans les dépenses à la suite de la fusion.

Gatineau avait décidé de suivre cette formule pour les 10 premiers budgets et ce terme arrive à sa fin. Le comité des immobilisations et du budget, présidé par Luc Montreuil, aura donc à se pencher sur cette question au cours de la prochaine année.

Lors de l'adoption du PTI, la Ville prévoit des dépenses pour les trois prochaines années. Même si rien n'est normalement coulé dans le béton et que des projets peuvent être abandonnés et d'autres ajoutés, les changements à venir pourraient avoir des répercussions plus importantes.

Selon les dires de M. Montreuil, tous les projets inscrits en 2011 et 2012 seront revus avec le changement de formule. «C'est la dernière année où ça sera appliqué, indique le conseiller. À partir de l'an prochain, on aura un tout nouveau PTI. On va réexaminer toutes les priorités. Ce n’est pas sûr que les choses qui sont là vont s'y retrouver après.»

Décision à venir

Pour sa part, le maire, Marc Bureau, confirme la révision du processus, mais laisse la porte ouverte à toutes les possibilités, notamment la poursuite de la formule actuelle. «On ne sait pas si on va l'oublier. Ce sera une décision du conseil.»

M. Bureau ne cache cependant pas qu'il sera difficile pour la Ville de garder cette façon de faire. «Il y a des besoins plus importants dans certains secteurs», note-t-il. Certains secteurs ont des infrastructures plus âgées qui nécessitent des travaux plus rapidement.

La Ville travaille aussi depuis quelques années avec le Système intégré d'aide à la décision (SIAD), un programme qui permet de voir quel est l'état des réseaux sous terre de la Ville et déterminer les priorités. «Ce n’est pas logique de continuer avec la même formule et de travailler avec le SIAD», mentionne le maire.

Ce dernier ajoute aussi qu'il est maintenant temps de travailler dans un esprit de grande ville en priorisant les projets pour la grande ville et non pour les différents secteurs.

Organisations: Marc Bureau

Lieux géographiques: Gatineau

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires