Caisses Desjardins: pas de fusion à l’horizon

Benoit Sabourin
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

La fusion prochaine des Caisses populaires Desjardins de Hull et Aylmer ne risque pas d’avoir un effet boule de neige dans la Basse-Lièvre. C’est du moins ce que soutiennent les deux directeurs généraux des caisses de la région.

Luc Grandmont, directeur général de la CPDCDV.

Les membres des deux institutions de l’ouest de la ville se prononceront le 25 septembre sur le projet de fusion. La forte croissance économique dans les secteurs de Hull et d'Aylmer serait à l’origine du scénario de regroupement à l’ordre du jour.

À l’est, les gestionnaires refusent de se mouiller. Selon Luc Grandmont, directeur général de la Caisse populaire Desjardins au Cœur-des-Vallées (CPDCDV), un projet de fusion entre l’institution qu’il gère et sa voisine, la Caisse populaire Desjardins de la Basse-Lièvre, n’est pas sur la "planche à dessin" présentement.

Le secteur de Masson-Angers connaît pourtant un développement démographique important depuis quelques années. Les nouvelles constructions à Thurso s’ajoutent également à la nouvelle réalité. Au total, l’institution regroupe un peu plus de 14 000 membres.

«À moyen ou à long terme, c’est certain que nous avons à nous poser la question à savoir comment nous pouvons donner un meilleur service à nos gens, souligne M. Grandmont. On peut faire des études de faisabilité et voir ce qui peut être fait, mais sur notre territoire, présentement, chaque caisse dessert très bien ses membres. Nous n’avons pas de lacunes à combler.»

M. Grandmont reconnaît que les projets de fusion représentent une tendance au sein du Mouvement Desjardins. Face aux nouvelles données, que ce soit le développement technologique ou le changement démographique, la CPDCDV a toutefois choisi de miser sur la réorganisation de son réseau de distribution.

Le développement immobilier à Thurso a notamment forcé l’organisation à revoir son centre de services puisqu’il y avait un manque d’espace. Le site sera agrandi dès l’hiver.

«Chaque regroupement a ses façons de faire, confesse le directeur général. Dans notre cas, nous avons mis beaucoup d’efforts pour s’assurer que nos quatre centres de services soient adaptés, que ce soit par du réaménagement ou du déménagement.»

À l’étape de la réflexion

Du côté de la Caisse populaire de la Basse-Lièvre (CPBL), qui regroupe près de 12 000 adhérents, la situation est un peu différente. À la suite du départ de Jean Daniel en mai dernier, Roger Lafrenière occupe toujours le siège de directeur général par intérim. Une décision n’a toujours pas été prise par les administrateurs sur l’avenir du poste. Ils devaient rendre une réponse à la fin de la période estivale, mais quelques semaines supplémentaires seront finalement nécessaires.

Selon M. Lafrenière, un projet de fusion ne figure pas dans les plans de la coopérative à court terme. Il ne s’agit toutefois pas d’une option écartée par le conseil d’administration.

«Nous sommes toujours en mode réflexion pour voir quel est l’avenir de la caisse pour le bien des membres, précise M. Lafrenière. Le c.a. veut vraiment prendre le temps nécessaire pour regarder toutes les avenues possibles pour l’avenir de la caisse. Nous n'analysons pas pour l'instant si le regroupement est l’élément optimal pour le bien des membres.»

Les derniers rassemblements de caisses dans la région remontent à 2000. Notre-Dame-de-la-Salette et Buckingham avaient alors fusionné pour devenir la CPDBL. Les coopératives de Masson-Angers, Plaisance et Thurso avaient quant à elle formé la CPDCDV.

Organisations: Caisse populaire Desjardins de la Basse-Lièvre, Mouvement Desjardins

Lieux géographiques: Thurso, Hull, Aylmer Secteur de Masson-Angers Notre-Dame-de-la-Salette Buckingham Plaisance

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires