Norman MacMillan tire un trait sur sa carrière politique

Benoit Sabourin
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

C’est finalement l’envie de passer plus de temps de qualité avec sa famille qui aura convaincu le député de Papineau et ministre Norman MacMillan de mettre un terme à sa carrière. Le politicien de 64 ans a annoncé mercredi matin qu’il ne sera pas de retour pour la prochaine élection.

«C’est une décision qui a été longuement réfléchie et murie avec ma famille. C’est une décision qui n’a pas été facile à prendre, mais une décision avec laquelle je me sens très bien. Je me sens bien de quitter la politique après 23 ans à Québec et 7 ans et 2 mois à la Ville de Buckingham. Je me sens bien et prêt à rentrer dans mes terres au Lac Demi-Lune à Mulgrave-et-Derry.»

C’est avec cette déclaration que le député de Papineau a confirmé l’information qui circulait depuis déjà belle lurette à travers la sphère médiatique et politique. Un mélange de fierté, de bonne humeur et de tristesse a ponctué les grandes lignes de son discours.

Il aurait aimé prendre encore un peu de temps pour annoncer la nouvelle, mais les élections hâtives qui devraient avoir lieu à la fin de l'été l’ont poussé à rendre une réponse rapide, a-t-il laissé entendre. C'est le Parti libéral qui lui a demandé de devancer son annonce de quelques semaines.

Il compte désormais profiter d'une bonne période de repos avec ses quatre petits enfants et sa famille. Il a assuré qu'il ne serait plus impliqué en politique active et qu'une course à la mairie de Gatineau ne l'intéressait pas.  

Entouré des députés Marc Carrière, Maryse Gaudreault et Charlotte L’Écuyer, M. MacMillan s’est dit choyé d’avoir été élu à sept reprises par les gens de Papineau, une circonscription qui a fait de lui son député depuis mai 1989.

Son plus beau souvenir depuis 23 ans restera à jamais sa première victoire le 29 mai 1989 alors qu’il avait 41 ans. «C’était un désir, a-t-il confié. C’est ce que je voulais faire. J’avais le sentiment que je voulais faire de la politique et j’ai réussi à ma manière. J’en suis très fier aujourd’hui.»

Par ailleurs, le ministre délégué aux Transports et ministre responsable de l’Outaouais a démenti les récentes allégations selon lesquelles ce sont des problèmes de santé qui lui aurait montré la porte de la retraite. «La santé va bien, a-t-il indiqué. C’est 24 heures à la fois quand tu as eu un cancer, mais ce n’est pas une question de santé. "You gotta know when to get in and you gotta know when to get out" et aujourd’hui c’est le moment propice.»

M. MacMillan demeurera en poste jusqu'au prochain scrutin. Alexandre Iracà, président de la Commission scolaire au Coeur-des-Vallées et directeur régional du ministère de l'Environnement, semble de plus en plus être le successeur pressenti pour le remplacer comme candidat libéral dans Papineau. Une information que M. MacMillan a tout simplement évité de confirmer.

Organisations: Transports

Lieux géographiques: Secteur de Buckingham

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires