Une demeure certifiée LEED Or à L'Ange-Gardien?

Marie Pier
Marie Pier Lécuyer
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Construire une nouvelle maison est toute une aventure, mais pour Éric Forget et Sara Neamtz, le tout s'est transformé en un beau défi, alors qu'ils tenteront d'avoir une certification LEED Or pour leur nouvelle demeure qui sera érigée à L'Ange-Gardien.

«Nous avions le goût de construire une nouvelle maison, raconte Éric Forget, mais nous avions plusieurs préoccupations environnementales. On voulait une maison saine et confortable.»

C'est en faisant une liste de ce qu'ils souhaitaient pour leur maison qu'ils ont découvert que la certification LEED pouvait s'appliquer à eux et les guider dans la construction d'une demeure verte.

Mais pour construire une maison certifié LEED, cela comprend le respect de plusieurs critères qui feront de l'endroit une demeure écologique. Matériaux de qualité, meilleure isolation, élimination du radon, utilisation efficace de l'énergie et bien d'autres qualifient une construction LEED. «Les fenêtres sont de qualité supérieure, par exemple, l'isolation aussi», précise Éric Forget.

Au niveau énergétique, cela veut dire dans le cas du couple, l'utilisation de la géothermie, un système un peu plus dispendieux. «Ça utilise une moins grande quantité d'électricité et ça donne trois fois plus de chaleur», explique-t-il.

C'est aussi une récupération de la chaleur des eaux usées par exemple ou une optimisation de l'éclairage naturel. «On utilise l'énergie solaire passive. Du côté nord, nous n'avons pas de fenêtre et au sud et à l'ouest, on profite de la chaleur», précise-t-il.

Quant à la durabilité de la maison, elle risque d'être plus longue étant donné les matériaux utilisés qui ont une durée de vie beaucoup plus grande. Un toit de métal durable, une structure en bois d'approvisionnement local fabriquée en usine et des lambris extérieurs et planchers en bois véritable sont au nombre des choses qui augmente la durabilité.

En ce qui concerne le confort et la sécurité et une maison saine, cela veut dire des peintures à faible composé organique volatil (COV), des échangeurs d'air à haute capacité, un design qui maximise la vue et un système contre le radon.

En plus de vouloir atteindre la certification LEED, le couple souhaite décrocher le niveau or, soit l'un des plus hauts, puisque le seul autre au-dessus est le platine, qui est impossible à atteindre en campagne, notamment à cause du manque de transport en commun qui est un critère. Ce serait ainsi une première en Outaouais selon Éric Forget. «On souhaite faire connaître et inciter les gens à construire des maisons de meilleure qualité», affirme-t-il.

Et pourquoi avoir choisi la municipalité de L'Ange-Gardien pour y construire leur nouvelle demeure? Au départ, il s'agissait d'un choix personnel, mais auquel plusieurs avantages se sont greffés. «Nous avons approché la municipalité pour leur demander de payer la certification LEED et ils ont décidé de créer un programme», raconte le futur résident de la municipalité.

Ainsi, L'Ange-Gardien offre désormais 2000$ en subvention aux gens qui souhaitent construite une maison écologique. «Ils sont proactifs et très réceptifs, se réjouit le couple. Ils ont une conscience environnementale très présente.»

Quant à la durée de construction d'une maison LEED, elle n'est pas beaucoup plus longue, mais elle nécessite plus de planification. «Pour notre part, on souhaite être dans la maison pour le temps des Fêtes», souhaite le couple.

Les coûts sont certes un peu plus élevé au départ, mais à long terme, il s'agit d'un investissement aux dires du couple. «Un toit en métal coûte 30% plus cher mais dure trois fois plus longtemps», conclut Éric Forget.

Organisations: Ange-Gardien

Lieux géographiques: Municipalité de L'Ange-Gardien

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires