Diminution des transferts de nouveau-nés au CHEO

Marie Pier
Marie Pier Lécuyer
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Moins de nouveau-nés sont transférés au Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario (CHEO) depuis l’ajout de trois appareils de ventilation non invasive (CPAP), l’année dernière.

Moins de nouveau-nés sont transférés vers le CHEO

Au total, 31 transferts de nouveau-nés présentant une détresse respiratoire ont été évités au cours de la dernière année. Avant l’acquisition des trois appareils, les nouveau-nés étaient transférés au CHEO ou au Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine.

Les appareils acquis par le CSSS de Gatineau sont en fait une assistance respiratoire sans intubation. Auparavant, quand le nouveau-né présentait une détresse respiratoire significative de plus de quelques heures, le bambin était transféré de l’autre côté de la rive afin de lui éviter de forcer inutilement.

En 2011, entre 50 et 60 transferts ont été effectués, reliés pour la plupart à une détresse respiratoire nécessitant une ventilation respiratoire invasive ou non invasive. Avec les 31 transferts qui ont maintenant été évitées, la CSSS de Gatineau y voit une diminution moyenne de 60%. «Il y a encore des cas qui nécessitent un transfert, pas toujours d’ordre respiratoire, mais aussi chirurgicale et cardiaque», indique le Dr Jean Lemonde, chef du département de la pédiatrie. Les très grands prématurés, qui sont nés entre 26 et 28 semaines de grossesse sont systématiquement transférés vers le CHEO.

Les trois appareils permettent aussi de récupérer plus rapidement les nouveau-nés qui ont été transférés mais qui n’ont plus besoin de soins spécialisés.

Le chef de la pédiatrie voit d’un bon œil la diminution des transferts de nouveau-nés. «Pour les familles, c’est un avantage, indique-t-il. Souvent les nouveau-nés sont transférés dans les premières heures de vie et la mère est hospitalisée et ne peut être déplacée.»

Pour l'unité de néonatalogie, c’est aussi une bonne nouvelle, bien que cela amène plus de jeunes patients sur l’étage et un nombre de lits plus serré, selon le Dr Lemonde.

Présentement, l’unité de néonatalogie compte dix lits, mais vise à augmenter ce chiffre à quatorze. En cas de débordement, l’ancienne pouponnière peut être réaménagée temporairement.

Organisations: Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine, Hôpital de Gatineau

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires