Les oiseaux en fusion de Yugz au café de l’Auberge de Jeunesse

François Robert
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Le p’tit café de l’Auberge de Jeunesse de la Petite-Nation accueille une série d’oiseaux hors du commun, ceux sortis de l’imaginaire d’un artiste vivant dans l’Outaouais, Yugz, alias Hugo Sabourin. Les oiseaux aux becs dégoulinants de lave volcanique orneront les murs du café entre le 12 janvier et le 19 février.

«Cette série-là est peu représentative de ce que je fais généralement en peinture dans la mesure où elle est beaucoup plus planifiée que les autres. D’habitude mon rapport à la peinture, c’est très instinctif, je cherche la spontanéité», explique l’artiste. Avec la séquence intitulée «Bird Volcanos», les visiteurs pourront aisément remarquer une unité de thème et de combinaisons techniques.

Dans la publicité de l’exposition «Mainmise sur la nature» diffusée par José Lafleur, son agente et complice, Yugz explique que c’est en début d’année 2011, alors en voyage à Varadero, qu’il apprend que 5000 oiseaux morts sont tombés du ciel en Arkansas, sans aucune explication plausible. Cet événement a interpellé profondément sa sensibilité et servi d’élément déclencheur à la production de «Bird Volcanos».

L’impression de lave dégoulinante du bec des oiseaux est obtenue notamment en vaporisant de la taltine, un diluant, sur la peinture à l’huile. «C’est une technique que j’ai découverte récemment», précise-t-il, avant d’ajouter que l’on «retrouve aussi de la pastel en bâton sur cet ensemble d’œuvres».

Si la découverte de la technique à l’aide de taltine est récente pour l’artiste, c’est entre autres parce qu’il n’a pas suivi de formation en arts à l’université. C’est plutôt un cours de Radiodiffusion à la Cité collégiale d’Ottawa qui lui a permis de décrocher un emploi «de jour» dans l’univers de la radio. «J’ai la chance de ne pas avoir besoin d’énormément de sommeil, 5 à 6 heures par nuit me suffisent, alors au retour de ma journée à la radio, je peux peindre pendant plusieurs heures avant d’aller au lit, si l’inspiration est au rendez-vous», fait valoir l’homme aux multiples talents.

Celui qui passe ses journées à travailler à titre de producteur et concepteur publicitaire à la radio dans une grande station de l’Outaouais en ce moment a pourtant débuté sa carrière en radio derrière le micro dans une plus petite station en région. Mais en 2009, le cancer de son père suscite en lui un fort désir de revenir plus près des siens en Outaouais.

En plus de la peinture et la radio, la créativité du jeune artiste habitant dorénavant St-Pierre-de-Wakefield s’exprime aussi par la musique. Il a été chanteur au sein du groupe rock alternatif Naked Spoon de 1994 à 2001. Depuis, il a commencé à jouer de la batterie sur une base assez régulière, tout en continuant de composer. Un album pourrait voir le jour avant longtemps, mais Yugz refuse de s’engager en ce qui a trait à une date de sortie prévue. «Je n’ai pas commencé à enregistrer», souligne-t-il.

Sa très grande complicité avec son agente José Lafleur est très manifeste lorsqu’on les rencontre ensemble. Il est clair que la relation est beaucoup plus que simplement «commerciale» entre les deux. «Lorsqu’on va dans les musées ensemble, c’est fou! On peut passer des heures. Il nous est arrivé de nous faire escorter par les gardes de sécurité vers la sortie parce que l’heure de fermeture était arrivée et que nous n’avions pas vu le temps passer, trop passionnés par les œuvres que nous découvrions», explique l’agente et amie.

 

Inconscient, le maître mot

Difficile pour le journaliste de dire si c’est conscient ou non chez l’artiste, mais un mot revient périodiquement dans sa bouche: inconscient! La volonté de sonder celui-ci est constamment invoquée par l’artiste, aussi bien quand il décrit sa démarche artistique que lorsqu’on l’interroge sur ses influences ou filiations dans le domaine des arts.

«Je n’aurais jamais la prétention de me comparer à…» puis il hésite, regarde son agente, sourit et éclate de rire. C’est alors qu’elle enchaîne :«C’est une excellente question, ce n’est pas facile…» Ensuite il reprend:«Pas nécessairement dans la technique, mais dans la façon de penser, l’esprit de liberté et dans la volonté de sonder l’inconscient, je pourrais nommer des artistes comme Jackson Pollock, Dali…» Et elle complète sa phrase:«Jean-Michel Basquiat aussi que tu aimes beaucoup!»

La volonté de prendre le nom d’artiste Yugz participe aussi de sa volonté de retour vers la source des émotions. «Ce surnom remonte à ma jeunesse, à mon groupe d’amis de l’époque», raconte celui qui précisait à un autre moment au cours de l’entrevue vouloir retrouver l’esprit de l’enfance dans son travail, car l’imagination est là, on peut s’amuser avec presque rien… » Chose certaine, Yugz prend plaisir à peindre et montrer ses tableaux, ça se sent!

L’agente suggère à nos lecteurs de visiter la page Facebook de Yugz. Cf.www.facebook.com/YUGZarts

Organisations: Auberge de Jeunesse, Groupe d’amis de l’époque

Lieux géographiques: Varadero, Arkansas, Cours de Radiodiffusion Ottawa

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires