La Petite-Nation un arrêt symbolique pour Catherine Major

François Robert
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

La grande dame de la chanson québécoise Catherine Major est venue samedi soir offrir au public de l’Auberge de Jeunesse de la Petite-Nation le dernier spectacle de rodage avant sa grande rentrée montréalaise. Elle a confié aux spectateurs entre deux chansons que ce dernier concert avant d’aller présenter la nouvelle tournée devant les «méchants journalistes de Montréal » avait valeur de symbole pour elle et ses musiciens.

Pour souligner l’événement, elle a payé une tournée de whisky à ses musiciens et sa gérante qui était à Saint-André-Avellin samedi soir. Le public a même pu voir la chanteuse grimacer lorsque certains ont suggéré qu’elle fasse cul sec avec ce qu’il restait de son verre! Bref, un spectacle intime dans la plus pure tradition de l’Auberge de Jeunesse de la Petite-Nation avec beaucoup d’interactions entre ceux sur scène et le public tout proche.

Ce n’était pas le premier passage sur les planches du P’tit café pour Catherine Major, elle y était venue avec pour seul complice un piano à queue lors de la tournée de son disque précédent, Rose Sang. Compte tenu de la dimension de l’espace scénique et de la présence cette fois de ceux qu’elle a qualifié de ses princesses (des musiciens de haut calibre avec parfois des manies de princesse a-t-elle expliquée), la chanteuse a dû se contenter d’un simple clavier électronique pour son retour parmi nous. Par contre, celle qui a débuté l’étude du piano classique à 4 ans a tout de même démontré sa virtuosité lors d’un long solo.

Dans la salle, la majorité des gens semblaient passablement familiers avec son répertoire et pratiquement gagnés d’avance à sa cause. En même temps, ce type d’auditoire peut aussi davantage percevoir les modifications aux arrangements par rapport à la version du disque, ainsi que ce fut le cas avec Fais pas l’affaire , dont la finale laissant beaucoup de place à la guitare de David Laflèche a été très chaudement applaudie par les gens de la Petite-Nation. Outre cette chanson de Rose Sang, elle a aussi fait plaisir à son public en jouant quelques-unes des pièces devenues classiques provenant de son deuxième disque, mais la très grande majorité du spectacle a été consacré à son nouveau disque Le désert des solitudes.

Celle qui s’est qualifiée de «reine au milieu de ses musiciens princesses» fut quand même très généreuse avec eux, non seulement en leur payant le whisky, mais aussi en leur offrant de nombreux compliments lors de leur présentation officielle aux spectateurs. Elle a même partagé son instrument avec le batteur et multi-instrumentiste Alex McMahon lors d’une séance de clavier à 4 mains qui a semblé ravir l’auditoire. Notons que la section rythmique très efficace était complétée par Mathieu Désy à la basse.

Lors du rappel, elle a notamment offert une pièce dont le texte composé par son amoureux, l’auteur-compositeur-interprète Moran, a traîné sur son piano durant toute sa grossesse, a-t-elle expliqué. «J’ai pratiquement accouché de ma fille et de cette chanson en même temps au bout de 9 mois», racontait-elle. Le père de sa fille et la petite étaient d’ailleurs là eux aussi samedi soir pour partager le spectacle avec les gens de la Petite-Nation. Après cette chanson, ses musiciens sont revenus sur scène sans que celle-ci retraite en coulisse, ce qui lui a fait dire: « C’est un peu comme un deuxième rappel… on ne peut pas vous faire accroire que l’on n’a pas de fun à revenir… »

Organisations: Auberge de Jeunesse

Lieux géographiques: Saint-André-Avellin

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires