Glace brisée pour le 22e Festival d’été Buckingham en Fête

Benoit Sabourin
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Beaucoup de minutes se sont égrenées avant que le parc Maclaren ressemble à un site de spectacle, jeudi soir. Mais au final, le public a répondu à l’appel pour venir briser la glace du 22e Festival d’été Buckingham en Fête.

Les organisateurs de l’événement parlent d’une estimation de 6000 spectateurs pour un premier soir. «C’est un bon jeudi», a lancé Benoît Quevillon, responsable des communications pour le festival.

En guise d’introduction aux festivités, les Dales Hawerchuk ont ouvert le bal de l’événement en projetant leur rock «sale» et «dur» à pleine capacité. Ils ont enchaîné les Mais Où Est Donc Carnior?, À soir on sort, Dale Hawerchuk et autres pièces décapantes devant une foule timide qui s’est finalement réveillée un peu plus tard lors de la prestation des Vikings. Dommage que le public n’ait pas répondu à l’appel puisque les Dales avaient de l’énergie à revendre…

Parlons-en de ces Vikings. Redoutable armée de voix et de musiciens, ils en ont épaté plus d’un avec leur rock québécois pur à 100%. Marc Déry et la cavalerie formée de Xavier Caféine, Richard Petit, Martin Giroux, Alexandre Désilets, Eva Avila, Carolanne d’Astous-Paquet, Vincent Peake, Stéphanie Bédard, Wilfred Lebouthiller et Marie-Denise Pelletier se sont échangé les micros à qui mieux mieux.

C’est Job Steady, un classique de Zébulon, qui a servi d’apéritif en ouverture. Un musicien parmi tant d’autres d’Harmonium repris à la sauce Désilets a certes été un moment clé de la soirée. Stéphanie Bédard n’a pas non plus donné sa place avec une interprétation bien équilibrée du classique de Reno Un peu plus haut.

Bref, les amateurs d’Offenbach, de Charlebois et des autres grands manitous musicaux du Québec en ont eu pour leur argent.

Organisations: Redoutable armée

Lieux géographiques: Buckingham, Fête, Charlebois Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires