Simon Labelle au Piknic Électronik

Patrick
Patrick Voyer
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Le compositeur et son projet MacGuffin fera danser les gens de l'Outaouais lors du Piknic de dimanche, de 17h30 à 19h.

Simon Labelle (Photo: Vincent Labelle)

Pour ceux qui l'ignorent, quelle est la différence entre un compositeur et un DJ?

Un DJ enchaîne des morceaux de plusieurs artistes différents pour créer une ambiance et faire danser les gens, alors que moi, je souhaite aussi faire danser mais je ne joue que mes propres compositions. Les différentes parties des pièces sont séparées par instrument (percussion, mélodie, effets spéciaux, etc.), ce qui me permet d'improviser et de ne pas toujours présenter le même spectacle. Je dirais que c'est entre le rôle de DJ et de groupe de musique conventionnel.

Quel est ton équipement de travail?

En studio, j'utilise de tout: synthétiseurs analogiques, échantillons de disques vinyle, instruments acoustiques, "field recordings", et bien sûr l'ordinateur. En spectacle, je n'utilise que l'ordinateur avec un contrôleur MIDI.

Qu'est-ce que ça prend pour devenir un bon compositeur?

Une oreille attentive, du goût, un peu de talent et beaucoup de persévérance.

Les plus grandes difficultés de cet art?

Savoir quand un morceau est terminé et qu'il ne faut plus rien ajouter.

Parle-nous du Piknic Électronik

C'est un excellent événement, autant pour les initiés que les profanes. La programmation est très variée et chaque dimanche a sa propre saveur, présentant une tendance ou une école de pensée dans la grande famille de la musique électronique. Du techno au dubstep en passant par le hip-hop et le house, il y en a pour tous les goûts. On peut y passer une journée en famille ou entre amis, manger du BBQ en plein air tout en savourant une bière ou un délicieux Guru. C'est vraiment un événement à ne pas manquer pour les gens de la région.

Tes sortes de musique préférées?

Dans la vie, j'écoute vraiment de tout: country, métal, funk, classique, kraut rock... Si c'est bien fait, j'embarque. Pour ce qui est des influences qu'on peut retrouver dans mon projet MacGuffin, je dirais un mélange de techno minimal, house des années 80, un peu de dub et quelques soupçons d'humour.

Que dirais-tu à ceux qui ont des préjugés face à la musique électro?

Qu'ils devraient garder l'esprit ouvert car ce n'est pas bien d'avoir des préjugés. Ils devraient venir faire un tour au Piknic Électronik!

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires