Le Tracteur Jack s'immobilise au FOÉ

Patrick
Patrick Voyer
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

À en croire le chanteur et guitariste de la formation Tracteur Jack, qui ne survivra pas à la FOÉ du monde ce week-end, la mort du groupe est davantage une renaissance pour ses membres.

Tracteur Jack fera un dernier toast au public au FOÉ en officialisant sa séparation.

Dominic Faucher est serein. La fin du projet acoustico-humoristico-manouche qu'il a jeté à la face du public avec François Leblanc en 2004 est décidée depuis janvier. La cause? Divergences. Un classique pour quiconque connaît la dynamique "familiale" d'un combo musical.

«Après les vacances de Noël, on s'est rencontrés et on s'est dit qu'on avait deux choix: continuer et faire ce qu'il fallait pour aller plus loin ou finir ça en grand», raconte Dominic.

La "rumeur" de la séparation s'est propagée et c'est à ce moment que les idées de méga-show d'adieu ont germé. Le Festival de l'Outaouais Émergent n'a pas raté sa chance et a convié le groupe à mourir sur la plus grande scène de l'événement, à la Fonderie, samedi soir après Bernard Adamus. Ou serait-ce Adamus qui joue avant eux? Bref, ils sont choyés.

«On n'arrête pas de pratiquer depuis qu'on sait qu'on va jouer au FOÉ, avoue Dominic. Les pratiques sont fidèles à ce qu'on a toujours fait, sauf qu'il y a un sentiment de "fin" au sein du band, alors on essaie de jouer du mieux possible. Comme dans une course, tu ne veux pas te bécher après tes cordons d'espadrilles à la ligne d'arrivée…»

Tracteur Jack offrira un show de 90 minutes ponctué de tounes de son premier album, de son E.P. et de pièces qui se seraient retrouvées sur son second disque.

Une belle ascension

Avec un peu de recul, Tracteur Jack a couru après son souffle depuis 2009, quand Julien Morissette (Bourbon Bay) est arrivé. «Il a amené son expertise du marché et a propulsé le groupe à un niveau différent. On s'est mis à faire des tournées (alors que le duo Faucher-Leblanc ne jouait que dans des événements spéciaux ou presque) au Québec, on a joué en Alberta, en Saskatchewan, dans les Maritimes… On était rendu à aller en France en 2012-2013, mais bon…»

Selon le charismatique barbu, la mort du Tracteur n'est pas un problème de transmission, de temps ou d'envie. Peut-être qu'avec le temps les membres comprendront certaines choses sur l'existence courte mais intense de leur bébé, mais pour le moment, ils ne s'entendaient pas sur leurs perspectives d'avenir.

Ils restent toutefois bons amis et continueront de créer, entre eux ou avec leurs entités solos déjà bien lancées. «Je suis content, parce que d'autres projets naissent avec des nouveaux sons qui ne ressemblent pas à celui de Tracteur Jack», admet Dominic.

«Dans le fond, c'est une explosion, pas une mort. Une fragmentation de tous les talents de Tracteur Jack.»

Organisations: Tracteur Jack

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires