Une FOÉ du monde plus que réaliste!

Antony Da Silva-Casimiro
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Avec les fortes averses et les puissantes bourrasques, on aurait presque dit qu’on assistait à une vraie fin du monde, ce week-end lors du 5e Festival de l’Outaouais émergent (FOÉ).

Tracteur Jack est mort au FOÉ!

Présenté dans le stationnement de la Fonderie une nouvelle fois, l’événement qui avait pour thème «la FOÉ du monde» était plus que réaliste avec les conditions météorologiques.

«On a atteint nos objectifs, malgré la température des deux derniers jours. Samedi, le thème a vraiment pris son sens quand on voyait le vent. En plus, il y avait la mort de Tracteur Jack, qui entrait dans le concept», a indiqué Isabel Thériault, directrice du FOÉ.

Elle ajoute que le groupe gatinois a grandi en même temps que le festival. Ce sont d’ailleurs les membres de Tracteur Jack qui sont allés à la rencontre des organisateurs pour leur annoncer qu’ils voulaient mourir au FOÉ. «Ils n’ont pas manqué leur mort. Ils ont réussi à nous en donner plein la vue.»

Seulement quelques jours après la fin du 4e FOÉ, les discussions pour une thématique avait déjà débuté. Depuis deux ans, l’organisation cherchait un moyen d’insérer un thème pour faire changement. Avec l’arrivée de 2012 et les rumeurs de fin du monde, le lien a rapidement été effectué.

«Au début, c’était une blague, car on n’arrête pas d’entendre que 2012 est l’année de la fin du monde. Mais après, on trouvait l’idée intéressante et on l’a développée», a-t-elle expliqué.

D’autres nouveautés se sont aussi démarquées et ont plu au public, si on se fie aux dires de la directrice du FOÉ. C’est entre autres le cas des arts de la rue avec Espace forain et l’ajout d’une journée gratuite (mercredi) dans la programmation. «On s’est approprié la rue Laval. On est un festival urbain et on se demandait comment cela allait se passer. On a vu que ce tronçon pouvait être animé.»

Selon Isabel Thériault, la foire artistique a été un autre succès de l’événement. L’organisation a d’ailleurs repris la même formule que l’an dernier. «Quand on entre dans le festival, c’est la première chose qu’on voit. On se sent comme chez nous», a-t-elle indiqué, spécifiant qu’on retrouvait plus d’une trentaine d’artistes et d’artisans émergents.

Elle le confirme: il y aura bel et bien un sixième FOÉ. «On a bravé la tempête. Les festivaliers ont bravé la tempête. Il n’y a pas de raison qu’on ne revienne pas», a-t-elle conclu.

Lieux géographiques: Rue Laval

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires