Qui donc a installé une pancarte de Norm MacMillan?

François Robert
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Il n’est pas clair qui avait installé une pancarte électorale du député sortant Norman MacMillan d’une élection précédente juste à côté de celle de son dauphin Alexandre Iracà sur le terrain de la halte routière à Saint-André-Avellin.

Les deux pancartes que l’on pouvait voir le 24 août au matin à la halte routière de Saint-André-Avellin.

L’une des premières personnes à l’avoir remarquée le 23 août en soirée et à avoir attiré l’attention médiatique sur la question le lendemain est le candidat d’Option nationale dans Papineau, Jonathan Beauchamp. «Spontanément, j’ai vu ça un peu comme un geste de panique du parti libéral ici dans Papineau. Il reste encore une semaine et demie avant le jour J. On dirait que M. Iracà essaye de récupérer un peu l’image de Norm MacMillan pour essayer de gagner des points, parce qu’on le sait, selon les derniers sondages ce serait très serré et M. MacMillan est extrêmement connu ici dans la région», commente le candidat d’Option nationale. Il nuance toutefois en disant que si ce n’est pas le parti libéral qui a installé ça, c’est un geste qui n’a pas sa place, au même titre que ceux qui vandalisent des pancartes électorales.

 

Nous avons contacté le bureau du directeur général des élections (DGE) pour savoir si cette installation constitue une infraction à la loi électorale. Nous leur avons fait parvenir une photo des deux pancartes côté à côte pour que les représentants du DGE puissent bien évaluer la situation. Selon Denis Dion du bureau du DGE, dans l’hypothèse où ce serait le parti libéral qui aurait installé la pancarte, celle-ci devrait porter l’autocollant de l’agent officiel du candidat et être comptabilisée dans le rapport des dépenses électorales fournit au DGE après les élections. Selon M. Dion, si ce n’est pas le parti libéral qui l’a installée et qu’elle ne porte pas l’autocollant de l’agent officiel, la pancarte doit être retirée.

 

Le candidat libéral Alexandre Iracà dit avoir appris la présence de la pancarte en question par les médias ce matin. «On a appelé le DGE pour s’informer de ce que l’on fait dans un cas comme ça. Il nous a juste dit d’aller l’enlever. À l’heure actuelle (le 24 en milieu d’après-midi), on m’a confirmé qu’elle a été retirée. On n’aurait jamais sanctionné une démarche comme celle-là. Moi j’ai toujours dit que je travaillais dans la continuité des dossiers de Norm et que Norm est dans mon équipe. Il y a peut-être des gens qui ont pris ça au pied de la lettre et qui sont allés installer une pancarte des anciennes élections qu’ils collectionnaient dans leur sous-sol. Je suis resté étonné de voir qu’il y avait des gens qui gardaient des pancartes d’anciennes élections dans leur sous-sol», précise M. Iracà. Pensez-vous lancer un mot d’ordre à vos partisans de ne pas faire ça? «On n’a pas lancé de mot d’ordre formel parce qu’à ma connaissance il n’y avait qu’une pancarte de Norm. Et comme je vous ai mentionné tantôt, les gens savent que Norm est dans l’équipe et que j’ai mon équipe, donc du sang neuf aussi, et je travaille dans la continuité des dossiers… il y en a peut-être qui ont pris ça au pied de la lettre? Je ne pense pas que la personne qui a fait ça a voulu mal faire, pas du tout. Mais ce n’est pas dans les règles. Nous on n’a pas cette stratégie-là de mettre des photos de Norm pendant la campagne électorale», a soutenu M. Iracà.

«Je ne veux pas accuser qui que ce soit, je ne sais pas qui a installé la pancarte. L’important c’est qu’elle ait été enlevée», a commenté le candidat du parti québécois dans Papineau, Jean-François Primeau.

Organisations: DGE

Lieux géographiques: Papineau, Option

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires