Les enquêtes progressent, aucun suspect arrêté

Daniel LeBlanc
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

L’enquête policière progresse lentement mais sûrement au sujet des deux agressions à l’endroit de femmes survenues en plein jour sur des pistes cyclables les 15 juin et 4 juillet à Gatineau. Toutefois, le ou les suspects courent toujours et les informations du public entrent au compte-gouttes.

C'est près de cette piste cyclable qu'une des deux agressions est survenue le 4 juillet à Gatineau.

«Il y a deux enquêteurs sur le dossier. Nous en sommes au même niveau, on vérifie tous les renseignements qui nous sont fournis. Il y a des similitudes entre les deux affaires», affirme le porte-parole du Service de police, Pierre Lanthier. La présence des autorités sur les sentiers pédestres et cyclables a été augmentée en conséquence.

Le 4 juillet, une jeune femme de 19 ans marchait sur une piste cyclable derrière l’école secondaire Philemon-Wright, dans le secteur de Hull, lorsqu’un individu s’est approché d’elle pour lui toucher un sein. Âgé d’environ 20 ans, l’agresseur de race noire portait une camisole ainsi que des shorts noirs au moment de l’incident. Il s’est par la suite enfui rapidement sur un vélo de couleur noire en direction de la rue Jumonville.

Le 15 juin, une femme de 31 ans marchait dans le parc du Lac-Leamy lorsqu’elle a été agrippée par derrière par un homme. Le suspect l’aurait saisi par le cou et tenté de l’entraîner vers un petit boisé. La victime s’est débattue et a reçu quelques coups de l’agresseur avant qu’un passant ne lui vienne en aide. L’agresseur a pris la fuite sur un vélo de couleur noire et serait âgé entre 15 et 18 ans. De race noire, il a les cheveux foncés courts et frisés, mesure environ 5’6’’ et pèse entre 130 et 150 livres. Il avait le torse nu et portait des shorts bleus.

Intervenante au Centre d’aide et de lutte contre les agressions sexuelles de l’Outaouais (CALAS), Joëlle Trahan croit que le sentiment d’inquiétude des femmes tend à augmenter selon l’ampleur de la diffusion dans les médias de tels incidents.

«On avertit les gens, mais en même temps on ne veut pas trop les effrayer. Il faut trouver un juste milieu», dit-elle, rappelant que la bataille numéro un demeure la libre circulation des femmes en public et en toute sécurité.

À peine une agression sexuelle sur 10 est signalée aux autorités.

Organisations: Service de police, école secondaire Philemon-Wright, Centre d’aide

Lieux géographiques: Secteur de Hull, Rue Jumonville, Parc du Lac-Leamy

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires