Je ne peux pas croire

Roch Cholette
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Le président de la Commission scolaire des Portages-de-l’Outaouais lance un cri du cœur. Jocelyn Blondin est inquiet, très inquiet même, pour la rentrée scolaire 2013.

Roch Cholette

Déjà, il prévoit une pénurie de places pour 800 élèves du secteur est d’Aylmer. 800 élèves orphelins ce n’est pas rien. 800 élèves à disperser à travers le territoire de la Commission scolaire, c’est inimaginable.

Pourtant, depuis longtemps maintenant, la Commission scolaire a fait ses devoirs et a demandé au gouvernement du Québec l’autorisation de bâtir une nouvelle école primaire pour ce secteur et de procéder à l’agrandissement d’une seconde.

Considérant que les délais nécessaires à la construction d’une école neuve sont d’environ quinze mois, il est coutumier que le ministère de l’éducation procède aux annonces de nouvelles écoles au mois d’avril de chaque année.

Nous sommes au début juillet et toujours rien, aucune annonce.

Les délais ne permettent déjà plus la construction d’une nouvelle école pour septembre 2013. Déjà la Commission scolaire doit avoir un plan D, comme dans «Débrouille-toi», comme dans «Désolé, mais arrange-toi», comme dans «Dommage pour les enfants», comme dans «Dindons de la farce».

Mais où est la députée de Pontiac, Charlotte L’Écuyer, dans ce dossier, puisque la nouvelle école sera construite dans son comté? Blondin m’assure qu’il lui parle à toutes les semaines de ce problème, mais toujours sans résultat.

Devant cette situation, et avec l’assentiment de la députée semble-t-il, Jocelyn Blondin a posé un geste exceptionnel, inhabituel et surtout maladroit. Il a lancé un SOS aux membres du parti libéral du Québec ainsi qu’aux donateurs libéraux. Il souhaite que ces militants fassent pression sur le gouvernement pour dénouer l’impasse.

Pardon!

Nous avons une députée incapable de convaincre la ministre de l’Éducation du bien-fondé de la demande et un président de commission scolaire qui se tourne vers des militants pour l’aider. Je ne peux pas croire que nous en sommes rendus là en Outaouais.

Mais est-ce que l’approche d’une campagne électorale aurait retardé certaines annonces? La réponse à cette question nous a été donnée par le ministre responsable de l’Outaouais, Norm MacMillan. Avec son doigté habituel, il a rabroué le président de la commission scolaire, il lui a refusé une rencontre et surtout il a sorti le chat du sac. Il a informé le bon peuple que de toute façon, le dossier était entre bonnes mains parce qu’avec le redécoupage de la carte électorale lors de la prochaine campagne électorale, la nouvelle école se retrouvera dans le comté de Hull, donc le comté de Maryse Gaudreault.

Avec une telle logique, le ministre vient de confirmer nos pires craintes. Le dossier est purement politique et l’annonce purement électoraliste. On comprend mieux pourquoi Charlotte L’Écuyer ne perdait aucune nuit de sommeil pour un projet qui ne lui rapporterait aucun vote supplémentaire à la prochaine campagne et pourquoi fort probablement, Maryse Gaudreault a insisté pour retarder l’annonce de l’école primaire pour qu’elle puisse la faire en campagne électorale en spécifiant aux résidents de l’ouest de son comté que cette école est maintenant dans le comté de Hull.

Non vraiment, je ne peux pas croire que Maryse Gaudreault et Charlotte L’Écuyer ont usé de manipulations politiques pour gagner marginalement quelques votes en prenant en otage 800 élèves du primaire.

Organisations: Commission scolaire

Lieux géographiques: Québec, Pontiac, Hull

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Michel-André. Robillard
    10 juillet 2012 - 08:06

    20 mars 2012 ...Le choix de société qu’une majorité de Québécois ont fait, c'est d'élire un gouvernement qui a proposé de hausser les frais de scolarité de façon juste et progressive afin d'assurer une meilleure justice intergénérationnelle tout en investissant dans nos hauts lieux de savoir... ...les futurs syndicalistes à la solidarité facile offrent peut-être sur un plateau d'argent l'enjeu principal de la prochaine campagne électorale au Québec... 17 Avril 2012 ...Si l’université veut continuer à brailler sur toutes les tribunes qu’il lui manque des ressources, du financement et des programmes, encore faut-il qu’elle maintienne un minimum de crédibilité. Crédibilité qui lui fait gravement défaut... 22 mai 2012 ...Je me réjouis qu’une majorité d’élus du Québec, représentant un vaste éventail de citoyens, adopte une loi qui réaffirme la primauté du droit dans notre société et protège les sans voix, tout en se préoccupant du climat social au Québec... ...Tous ces groupes qui, sur l’autel des droits de scolarité, ont encouragé ces gestes de désobéissance civile et ont carburé aux difficultés du gouvernement afin de faire passer leur propre agenda politique... ...C’est à eux maintenant de démontrer un sens de l’état. Un État qui voit plus loin que le simple sens nombriliste de leurs causes respectives... * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * Très cher Monsieur Cholette, Vous avez craché en l'air, ne vous étonnez pas de ce qui vous arrive sur la gueule. Appuyez-vous toujours ce bon gouvernement (sic) qui a investi dans nos haut lieux de savoir? Comprenez-vous l'enjeu principal de la prochaine campagne électorale au Québec? Comprenez-vous pourquoi l’université veut continuer à brailler sur toutes les tribunes qu’il lui manque des ressources? Comprenez-vous maintenant pourquoi les étudiants ont eu recours aux seuls moyens qui leur restaient? Surtout, comprenez-vous le sens nombriliste de votre cause? Je me regarde et je me console, je me compare et je me désole... Michel-André