Franc-jeu avec Jocelyne Houle

Benoit Sabourin
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Dernière mairesse de l’histoire de Buckingham, Jocelyne Houle a donné 14 ans de sa vie à la politique municipale. Retirée de la sphère publique depuis novembre 2009 – moment des dernières élections municipales–, elle consacre aujourd’hui son temps à sa bijouterie, commerce fondé par son père en 1947 dont elle a fait l’achat en 1981. On jase politique et autres sujets avec celle pour qui la vie est une vocation.

1.L’enfant que vous étiez en un mot?

«Ma mère m’a toujours dit que j’étais devant les autres… J’étais mère-poule. C’était une seconde nature pour moi de m’occuper des autres…»

2.L’adolescente que vous étiez en deux mots?

«Impliquée et leader!»

3.L’adulte que vous êtes en trois mots?

«Je suis une femme de caractère décidée qui est très familiale!»

4.Qu’est-ce que ça vous prend pour bien commencer la journée?

«Un bon café avec lait!»

5.Il y a-t-il un aspect de la politique que vous aimeriez voir être changé?

«Oui! La façon de faire les choses! Je pense qu’on est dû pour un renouvellement dans les façons de procéder… Je pense qu’on doit retrouver des valeurs et un sens de vocation politique.»

6.Un peu plus de 10 ans après la fusion, croyez-vous que le secteur de Buckingham a gagné au change?

«Question piège pour moi… Parce qu’au moment où nous n’avons pas eu ce qu’on désirait, c’est-à-dire une fusion Buckingham, Masson-Angers et L’Ange-Gardien, j’ai cru qu’il fallait embarquer dans le bain de la fusion avec Gatineau! Dix ans après, je pense encore qu’il pouvait se faire de belles choses mais je n’aime pas la tangente… Je n’aime pas la façon dont on dirige la ville présentement!»

7.Comment la fin de l’ère de l’homme surviendra-t-elle selon vous?

«Je pense qu’il n’y a pas de fin… Il y aura toujours un renouveau ou quelque chose.»

8.À l’aube de l’élection du 4 septembre, croyez-vous que le Québec est mûr pour un changement?

«Je ne me prononcerai pas sur un changement de parti… Mais nous sommes mûrs pour un changement dans la façon de faire de la politique. Il faut que ça redevienne une vocation! Je pense qu’il y a des façons d’agir qui peuvent être améliorées. Il faut cesser de gouverner par sondage… On est mûr pour que quelqu’un prenne les choses en main! Je ne veux pas une dictature mais ça prend un mouvement du balancier!»

9.Quelle est votre devise?

«Faire de son mieux!»

10.Votre mauvaise habitude?

«Je suis un peu trop vite parfois… Je n’écoute pas la question ou la fin de la phrase et je réagis tout de suite!»

11.Quel était votre rêve d’enfance?

«J’ai toujours balancé entre deux choix… Je voulais étudier en médecine pour devenir infirmière… Je voulais être au service des autres. J’ai toujours été ambivalente avec ce choix-là ou prendre le commerce familial. J’ai toujours voulu me démarquer et j’ai réussi parce que j’ai été infirmière, commerçante et politicienne. J’ai atteint mes objectifs!»

12.Qu’est-ce qui vous met mal à l’aise?

«Déplaire à quelqu’un.»

13.Si on vous demandait de refaire le saut en politique active, quelle serait votre décision?

«Je ne mets pas une croix sur la politique mais il est sûr et certain que je ne pourrais pas refaire de politique tant et aussi longtemps que j’ai d’autres obligations telles que le commerce. Il faudra voir dans combien d’années je vendrai la bijouterie et s’il me reste de l’énergie. Je ne referais pas un double-emploi. Si la bijouterie avait été vendue, j’y aurais pensé fortement!»

14.Si vous pouviez inviter une personnalité publique à souper, vivante ou morte, qui choisiriez-vous? Pourquoi?

«Le ministre de la Santé… Pas l’individu, mais la personnalité! Je trouve ça épouvantable ce qui se passe! Il y a définitivement un coup de barre à donner dans la façon d’administrer les choses!»

15.Qu’est-ce qui vous manque le moins depuis que vous avez quitté la sphère publique?

«C’est le paquet d’obligations qui doivent être faites la fin de semaine au profit de la famille…»

16.Si vous pouviez être téléportée immédiatement, où iriez-vous?

«Je pense que je retournerais à l’époque des châteaux! La période médiévale… Le flafla, les grandes robes!»

17.Quand vous repensez à vos années en politique municipale, quel dossier vous revient spontanément en tête?

«La piscine municipale! C’est ma plus grande fierté! Dès le jour un où je me suis présenté en politique, ç'a été une demande… Ç’a pris quand même quelques années mais j’ai livré la marchandise!»

18.Quel est d’après vous le plus grand mensonge de l’histoire?

«L’assassinat de John F. Kennedy… Qu’il ait été tiré par un inconnu? Il y a quelque chose en arrière de ça…» (rires)

19.Qu’est-ce qui vous met les nerfs à vif?

«Quelqu’un d’irrespectueux… Quelqu’un qui est trop insistant! Ou quelqu’un qui me crie par la tête…»

20.Quel est le plus beau cadeau qu’on peut vous offrir?

«Une réunion de famille… Quand tout le monde est autour de ma table, c’est là que je suis heureuse!»

21.Qu’est-ce vous reportez toujours à plus tard?

«Prendre soin de moi… Par exemple, prendre un rendez-vous chez la coiffeuse… Je remets toujours ça à plus tard! Je n’ai pas le temps.» (rires)

22.Quelle est votre vision actuelle de Gatineau?

«Je trouve qu’on recule un peu… On est en train s’insuffler aux gens la réaction première qui était de revenir à nos quartiers. Je trouve ça dommage parce qu’on avait travaillé beaucoup pour unifier la grande ville tout en gardant des personnalités différentes… On est en train de semer la zizanie et de compartimenter!»

23.Comment la température influence-t-elle votre vie?

«Beaucoup… C’est sûr que quand il fait maussade, j’ai moins de pep!»

24.Vin ou bière?

«Vin! Rouge!»

25.Avez-vous peur de la mort?

«Non, mais je ne suis pas prête!» (rires)

26.Un objet que vous avez conservé toute votre vie?

«C’est un cendrier argent qui est en forme de fer à cheval avec une tête de cheval à l’intérieur… J’ai ça depuis que je suis toute jeune. C’est un porte-bonheur!»

27.Que pensez-vous de Facebook et des réseaux sociaux en général?

«Ç’a du bon mais je trouve qu’on en fait un usage abusif!»

28.On vous nomme première ministre du Québec pour une semaine? Quels sont les deux dossiers que vous attaqué en premier?

«Le premier dossier serait la santé! Le deuxième serait de redonner confiance à la population… Il y a d’autres façons de faire de la politique!»

29.Le travail peut-il être une raison de vivre? Comment?

«Oui, le travail est un besoin! Mais il faut savoir doser. L’équilibre famille et travail est très important.»

30.Quel est votre jeu de société de prédilection?

«Jouer aux cartes! Je suis dans une période de crible…»

31.Quel est le pire péché capital (gourmandise, avarice, paresse, envie, colère, orgueil, luxure)?

«L’orgueil, parce que ça te fait prendre des décisions qui ne sont pas nécessairement logiques...»

32.La phrase que vous n’êtes plus capable d’entendre…

«"C’est pas de ma faute!"» (rires)

33.Avez-vous confiance dans la jeunesse d’aujourd’hui?

«Oui, j’ai confiance! Je pense qu’il faut par contre aiguiller nos jeunes un peu plus… Il ne faut pas tout leur donner mais bien leur apprendre à aller chercher ce qu’ils veulent.»

34.Nommez les trois objets que vous apporteriez avec vous sur une île déserte?

«Ma brosse à dents, de la musique et des bons livres…»

35.Quels sont les attributs d’un bon parent?

«Il faut éduquer et écouter… Il faut laisser l’enfant s’épanouir à l’intérieur d’un cadre et de certaines valeurs! Être sévère, c’est important, mais il faut donner la chance à l’enfant de s’épanouir.»

36.La plus grande chanson à jamais?

«Ave Maria

37.Une émission de télévision qui vous cloue au divan?

«Depuis que j’ai délaissé la politique, j’aime bien Yamaska et Toute la vérité… Je trouve ça bien le fun parce que je n’avais pas le temps d’écouter des émissions avant.» (rires)

38. Êtes-vous réfléchie ou spontanée?

«Réfléchie…»

39.À part l’anglais, quelle langue étrangère choisiriez-vous d’apprendre demain? Pourquoi?

«L’espagnol… C’est la troisième langue la plus parlée et la plus facile… Tu peux te débrouiller!»

40.Qu’est-ce que vous aimeriez qu’on dise de vous?

«C’est une personne vraie et intègre…»

Lieux géographiques: Gatineau, Québec, Secteur de Buckingham Yamaska

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires