Klec, Bester et autres raquettes de l'ATP à surveiller à Gatineau

Daniel LeBlanc
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Les amateurs de tennis n'ont qu'à bien se tenir, le quatrième tournoi Futures Banque Nationale de Gatineau, qui s'enclenche samedi sur les courts de la Sporthèque de Hull, promet d'être excitant. Plusieurs étoiles montantes crieront présent, dont le jeune Canadien Philip Bester, 507e au classement de l'ATP.

Philip Bester à Gatineau

Jusqu'au 7 mars, ce tournoi sanctionné par la Fédération internationale de tennis et offrant une bourse totale de 10 000$ US risque d'attirer les foules.

Fait intéressant, l'événement affichera en grand ses couleurs internationales cette année, alors que les 18 premières têtes de série représenteront pas moins de 15 pays différents. Seuls les joueurs classés entre le 300e et le 700e rang peuvent démontrer leurs talents lors de ce tournoi, premier d'une série de quatre présentés à l'hiver et au printemps à travers la province.

Parmi les noms à ne pas oublier, mentionnons Philip Bester, originaire de Vancouver. Celui-ci a fait le saut chez les professionnels en 2006 et a mis la main sur son tout premier titre sur le circuit au printemps 2009, à Miami. Il y a quatre ans, il a également atteint la finale chez les juniors à Roland-Garros, l'un des quatre tournois du réputé Grand Chelem. Quant au favori, il s'agira du Slovaque Ivo Klec, classé au 327e échelon mondial.

Le vice-président de Tennis Canada, Eugène Lapierre, est convaincu que la relève du tennis mondial saura impressionner les gens de la région encore cette année. «Gatineau est une bonne ville de tennis et les amateurs sont toujours fidèles au rendez-vous, alors c'est plaisant», lance-t-il, ajoutant qu'il considère formidable le projet d'agrandissement de la Sporthèque.

«Gatineau est une bonne ville de tennis et les amateurs sont toujours fidèles au rendez-vous, alors c'est plaisant» Eugène Lapierre, Tennis Canada

Pour M. Lapierre, il est évident que la popularité du tennis n'est pas en péril, loin de là. «C'est un sport universel et surtout très familial. Ce n'est pas trop coûteux de le pratiquer et il n'y a pas d'âge et ni de sexe pour le faire», dit-il, ajoutant qu'une récente étude a permis de conclure qu'environ 1,5 million de Canadiens s'adonnent au tennis sur une base régulière, une hausse d'environ 10%.

Des membres du programme du Centre national d'entraînement obtiendront un laissez-passer pour le tableau principal ou les qualifications, tout comme certains autres espoirs canadiens. Un Gatinois et protégé de Tennis Outaouais Performance (TOP), Nicolas Vincent, 17 ans, sera entre autres de la partie. Il y a un an, son expérience a été de courte durée alors qu'il a été écarté en deux manches à son premier duel.

L'an dernier, le Français Vincent Millot, deuxième tête de série et alors classé au 434e échelon du classement de l'ATP, s’est imposé en en deux manches (6-2, 6-4) face à l’Américain Todd Paul. En double, la paire belge composée de Frédéric De Fays et Germain Gigounon a triomphé.

Informations, résultats et calendrier des matchs: www.tenniscanada.com

Organisations: Fédération internationale de tennis, Tennis Canada, Centre national d'entraînement

Lieux géographiques: Gatineau, Vancouver, Miami

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires