25 questions à Yannick Lupien

Daniel LeBlanc
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

À la retraite depuis un an et demi, ce vice-champion du monde de natation en 2005 n’a pas la langue dans sa poche, comme le dit l’expression. Heureusement, car à 31 ans, cette fierté gatinoise parcourt la province pour y donner une centaine de conférences par an dans des écoles. Et les défis, il en mange.

L’ex-nageur gatinois Yannick Lupien en a beaucoup à dire, peu importe le sujet!

Après les Jeux olympiques de Sydney et Athènes, place aux 25 questions de La Revue pour Yannick Lupien.

1. L'enfant que tu étais en un mot: «Actif.»

2. L'ado que tu étais en deux mots: «Calme et déterminé.»

3. L'adulte que tu es en trois mots: «M’améliorer chaque jour.»

4. Aimerais-tu être obligé de prendre l'autobus pour te déplacer?: «Pas en ce moment, car je me déplace pour donner des conférences, mais honnêtement, certaines villes du monde sont très bien organisées côté transport en commun.»

5. Quelle est ton opinion concernant les théories du complot?: «Il y en a certaines que je ne crois pas du tout, d’autres un peu. Je me dis que la vérité finit toujours par sortir un jour ou l’autre, peu importe le dossier.»

6. Les cours d'anglais sont-ils essentiels? Pourquoi?: «C’est primordial pour bien se débrouiller à travers le monde.»

7. Que penses-tu des enfants-rois?: «Hmmm… (long moment de réflexion) Je crois que malheureusement beaucoup de parents n’aident pas la cause et devraient laisser leurs enfants voler de leurs propres ailes.»

8. Comment les chauffards récidivistes devraient-ils être punis?: «Dès la première fois, ils méritent de se faire taper sur les doigts et les suspensions de permis ou la prison devraient suivre dès qu’il y a récidives. Ça devrait être beaucoup plus sévère.»

9. Ta vision des Sénateurs d'Ottawa?: «Oh mon Dieu! Que font-ils? On dirait qu’ils ne savent plus où ils vont. Chaque année, ils montent et descendent. Il n’y a pas de leader dans le vestiaire et ils auraient pu gagner la Coupe Stanley à quelques occasions.»

10. Quel est ton plus grand secret avouable?: «À l’école primaire (Vieux-Verger, secteur d’Aylmer), le dîner coûtait un dollar et en cachette j’allais plutôt manger chez l’un de mes amis. À la fin de la semaine, on gardait les cinq dollars accumulés pour aller au McDonald’s! J’ai avoué ça à mes parents l’an dernier!»

11. Quel type de commerce ne devrait plus exister?: «Les tabagies. Les fumeurs n’ont qu’à s’acheter de la gomme ou des Tic Tac.»

12. Quelle est la personnalité la plus surestimée?: «C’est difficile à dire, mais je répondrais plutôt les Canadiens de Montréal. À un moment donné, il faudrait en revenir de cette équipe-là.»

13. Trouves-tu que la disparition graduelle des sacs de plastique est absurde?: «Ça me fait rire, car on dirait qu’on essaie de nous faire sentir coupables. Si je récupère un sac de vidanges, est-ce que je pollue vraiment plus? Oui, c’est bien les sacs en tissu, mais commençons par s’occuper des autos et des gros bateaux polluants.»

14. Comment te débrouilles-tu dans une cuisine?: «Je suis excellent, surtout si j’ai les ingrédients, même si je ne suis pas un chef.»

15. Quelle est ton opinion concernant la hausse du prix de l'essence?: «Pour autant que c’est justifié, c’est correct. Le problème, c’est qu’on a peu d’alternatives.»

16. Est-ce important d'avoir l'imaginaire développé?: «Extrêmement, car ça te pousse à essayer de prendre des chemins différents du gars à côté de toi. Le rêve, c’est l’une des rares choses encore gratuites, ne l’oublions pas.»

17. Ta définition de la torture?: «C’est quand c’est l’évidence même, que ça n’a pas de bon sens. Par exemple, les criminels à cravates ont ruiné combien de familles?»

18. Est-ce que l'humain a plafonné?: «Sur certains aspects oui, d’autres non. La logique ne l’emporte jamais et là-dessus l’humain est un peu idiot. On est allé sur la Lune mais on roule encore avec des voitures à essence. Nous ne sommes pas rendus là où on devrait être.»

19. En général, trouves-tu que les patrons gagnent trop d'argent?: «Oui, surtout les PDG d’entreprises avec leurs bonis ou encore les sports professionnels. C’est devenu pathétique. Valent-ils vraiment 3 ou 4 M$? Comment peuvent-ils être à ce point importants? Ils n’ont pas découvert le remède au cancer, à ce que je sache.»

20. Quelle est la pire face d'Internet?: «Selon moi, il y a peu de mauvais côtés. Internet a tellement apporté de bonnes choses. Par contre, c’est comme la drogue ou l’alcool, si tu ne peux t’en passer, tu as un problème.»

21. Pourquoi y a-t-il une aussi grande demande dans les urgences?: «Beaucoup de gens laissent leur santé dans les mains du gouvernement, prenant ça pour acquis, sauf que chacun a sa part de responsabilités là-dedans. Tout le monde pense à manger à 110%. Je pense qu’il y a presque plus d’obèses dans le monde que de gens qui crèvent de faim.»

22. À part tes proches, de qui prendrais-tu soin en premier durant une longue maladie?: «Sans hésitation, je choisirais mes deux meilleurs amis.»

23. Le plus grand artiste de tous les temps?: «Je dirais Mozart, car il était un génie de son temps et ses compositions vont se faire entendre éternellement. Britney Spears, elle, je ne crois pas que ça va être le cas».»

24. Quel est le pays dont nous devrions prendre l'exemple?: «La France, pour sa droiture, tant au niveau de l’éducation, des lois, de la propreté, etc.»

25. Quel métier important n'est pas assez valorisé?: «Éboueur. Pensez-y, il simplifie notre vie comme on ne peut même pas se l’imaginer, particulièrement en ville. On ne prend simplement pas le temps de s’en rendre compte.»

Organisations: Sénateurs d'Ottawa, Canadiens de Montréal

Lieux géographiques: Athènes, La Revue, Secteur d’Aylmer La France

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • IACONO
    15 septembre 2011 - 09:31

    Mon cher Yan, Questions très bonnes à Réponses excellentes.Ton honnêteté et ta franchise sont aussi exemplaires. Continues sur cette trajectoire. Les petits Québecois et pourquoi pas certains adultes ont un bel exemple lors de tes conférences. Bonne route... Alain