Denis Piché tire sa révérence au CDSG

Daniel LeBlanc
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Il se joindra à une autre organisation en août

Deux ans et demi après son entrée en poste, Denis Piché délaisse la direction du Conseil de développement du sport de Gatineau (CDSG), a appris lundi La Revue en primeur. L’homme de 45 ans s’apprête à relever un nouveau défi à un endroit gardé pour l’instant secret.

Denis Piché quitte le CDSG après deux ans et demi à œuvrer à titre de directeur.

Celui qui a piloté l’organisme dès son lancement à l’hiver 2010 quittera ses fonctions ce jeudi. Il s’agit d’un troisième départ dans le milieu du sport régional en l’espace de quelques semaines, Jean Mercier (Réseau du sport étudiant) et Jean-Marc Purenne (Loisir sport Outaouais) ayant aussi tiré leur révérence.

L’actuel entraîneur-chef de l’équipe de football des Griffons du Cégep de l’Outaouais et pilote des Gee Gees de l’Université d’Ottawa de 1994 à 2010 entrera dans ses nouvelles fonctions dans une autre organisation à la mi-août. D’ici à ce qu’un successeur soit nommé, Élodie Brault assumera l’intérim.

«Je n’étais pas à la recherche d’un autre emploi, mais il y a eu un concours de circonstances. L’opportunité qui s’est présentée à moi était incroyable, alors en évaluant les pour et les contre avec ma famille, j’ai jugé que c’était la meilleure option côté professionnel pour moi», affirme-t-il.

Même s’il en surprendra plus d’un avec sa démission, M. Piché soutient avoir le sentiment du devoir accompli. «Rien ne va changer, tout le processus est enclenché et les bases de l’organisme sont tellement solides, sans compter le bel engouement qu’il créé. On a tellement mis d’efforts là-dedans que c’est nullement en danger», lance-t-il.

L’homme se fera un devoir d’agir à titre de consultant pour le CDSG durant la période de transition. «Le potentiel d’autres partenariats est évalué et il y a de belles annonces à venir plus tard cet été ou à l’automne. Je suis content que la Ville ait choisi d’embarquer dans le train avec un tel centre», soutient-il. Gatineau a emboité le pas à des villes dont Trois-Rivières et Québec en 2009.

«Je n’étais pas à la recherche d’un autre emploi, mais il y a eu un concours de circonstances. L’opportunité qui s’est présentée à moi était incroyable, alors en évaluant les pour et les contre avec ma famille, j’ai jugé que c’était la meilleure option côté professionnel pour moi» Denis Piché

Impossible de savoir quelles fonctions Denis Piché occupera dès le mois prochain. «Tout ce que je peux dire, c’est que c’est une position intéressante à long terme, que ce soit pour les 10 ou 15 prochaines années. Je suis un gars d’équipe et j’aurai à ma charge une grande équipe», se contente-t-il de dire.

La nature de son emploi sera révélée à son retour de vacances.

Le C.A. en mode séduction

Alors que le CDSG rallie une centaine d’entraîneurs et 453 athlètes, son conseil d’administration s’attarde déjà à dénicher un remplaçant à Denis Piché. «C’est sûr que nous sommes déçus, Denis était parfait pour l’emploi, mais en même temps on comprend qu’on OSBL comme nous ne peut pas offrir la même sécurité d’emploi. On espère trouver quelqu’un d’aussi compétent et passionné», indique la présidente Louise Poirier.

«L’avantage dans les circonstances, c’est qu’on se retrouve dans une telle situation en plein été et à quelques jours des Jeux olympiques, alors le timing est assez bon. Plusieurs gens m’ont dit qu’ils pourraient être intéressés une fois les Jeux terminés, alors j’ai confiance d’avoir de bons candidats. On va afficher le poste d’ici la fin août», ajoute-t-elle.

Le nouveau directeur entrera en poste au plus tard en décembre, prévient Mme Poirier. «On veut procéder promptement car on du pain sur la planche», conclut-elle.

Organisations: Loisir sport, Université d’Ottawa

Lieux géographiques: Gatineau, Trois-Rivières, Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires