«On apprend du passé, on vit le présent» - Kathy Tremblay

Daniel LeBlanc
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

La triathlète gatinoise exclut la retraite pour l’instant

La poussière est retombée pour la triathlète Kathy Tremblay. Près d’un mois après son cruel abandon forcé aux Jeux olympiques de Londres, la Gatinoise a sans difficulté renoué avec le sourire et la volubilité auxquels on l’associe. Et hors de question pour la jeune femme de 30 ans de prononcer le mot retraite pour l’instant.

La double olympienne gatinoise Kathy Tremblay a résumé ses quatre dernières années de carrière jeudi, un mois après son abandon à Londres 2012.

«Je crois qu’il n’y aura pas un autre cycle de quatre ans, sauf que je ne me sentirais pas à l’aise d’annoncer que je me retire. Je ne suis pas prête. J’ai envie de continuer à m’entraîner un peu, même si je suis ouverte à d’autres projets. C’est un peu le début d’une autre époque pour Kathy», de dire celle qui enregistré son meilleur résultat en carrière le 22 avril dernier grâce à une médaille d’or à la Coupe du monde présentée à Ishigaki, au Japon.

Dressant son bilan post-olympique jeudi dans les locaux du Marché de solidarité régionale de l’Outaouais (MSRO), dont elle est l’ambassadrice, la triathlète n’a pas caché que les chances sont minces de l’apercevoir au programme de Rio de Janeiro 2016, même s’il est impossible de prédire l’avenir.

Surtout, elle a lancé un message teinté de persévérance aux jeunes. «Il ne faut jamais baisser les bras. Oui, je n’ai pas été capable de terminer ma course avec toutes les péripéties qu’il y a eu, mais toute ma vie je resterai une double olympienne. Ce que j’ai appris à travers le temps, c’est qu’on apprend du passé et on savoure le présent, parce que c’est ce qui créé le futur. Il y a plein de belles choses qui s’en viennent», a-t-elle dit.

À commencer par convoler en justes noces samedi au Château Cartier avec son amoureux David-James Taché. «Ah! Ça va être un super cool mariage en plein air. Ce ne sera pas avec la chanson traditionnelle, il y aura plutôt du Vincent Vallières, du Yann Perreau. Et Joël-Marc Frappier va me confectionner les arrangements floraux, ça sera débile», a-t-elle lancé, débordante d’enthousiasme.

Organisations: Marché de solidarité régionale

Lieux géographiques: Ishigaki, Japon, Rio de Janeiro

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires