Pour garder la forme plus que pour les médailles

François Robert
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Quand Félix Bertrand s’est inscrit au Club d’athlétisme de la Petite-Nation pour garder la forme durant l’été en vue de sa saison de ski acrobatique, il ne s’attendait pas à prendre goût à l’athlétisme à ce point, et surtout à y connaître tant de succès.

Félix Bertrand du Club d’athlétisme de la Petite-Nation et deux de ses trois médailles, lors du championnat scolaire en juin dernier.

«C’est impressionnant de voir qu’à cet âge-là, il peut réussir dans autant de sports. C’est vrai qu’il s’entraîne très fort, il travaille dur. Mais à la base, l’athlétisme est venu comme un entraînement complémentaire au ski acrobatique», rappelle son père Alain Bertrand.

«C’est un athlète qui fait d’autres sports, c’est ce qui aide, il est bon dans pratiquement tout ce qu’il fait», lance notamment son entraîneur en athlétisme, Claude Quesnel, rejoint au téléphone. Que l’on pense seulement à ces trois médailles au championnat scolaire régional d’athlétisme du 14 juin à Saint-André-Avellin, son titre de champion de l’Outaouais au cross-country l’an dernier ou à ses 5 médailles au championnat provincial civil à Sherbrooke en août, il s’illustre pratiquement toujours.

«Il doit avoir de bon gênes de papa et maman j’imagine», a dit sourire en coin son père rencontré en marge de l’entrevue. Alain Bertrand était aussi sportif, mais lui a plutôt tourné son dévolu vers le hockey où il a joué jusqu’à junior.

L’entraîneur Claude Quesnel n’a que de bons mots pour Félix:«Il a de la vitesse, il est bien coordonné, puissant, endurant, il a une belle attitude, il est poli, sérieux, un leader naturel.» Confirmant les dires du père à l’effet que le Félix s’est inscrit en indiquant que c’était pour garder la forme en vue de sa saison de ski acrobatique, Claude Quesnel ajoute:«Quand il s’est inscrit, je lui ai mentionné que j’entraînais pour la compétition et qu’il devait faire au moins une compétition dans l’année, et je pense qu’il y a pris goût (rires).»

Au niveau du ski, est-ce que tu as des modèles qui t’ont marqué? «Mikaël Kingsbury et aussi Alexandre Bilodeau quand il a gagné sa médaille d’or aux Jeux Olympiques», explique l’athlète prometteur. Son père enchaîne: «Et il est chanceux de les côtoyer parce que dans le monde du ski acrobatique, même quand ils deviennent connus, ils n’oublient pas leurs racines. Mikaël et Alexandre, c’est deux skieurs qui ont skié à Saint-Sauveur. Puis le frère et la sœur de Michael c’est des entraîneurs à Félix aussi là-bas. Mikaël, durant ses vacances, il vient passer une semaine au camp avec eux. C’est le fun de voir un champion de la coupe du monde qui passe du temps comme ça avec eux.» Un ski signé par Mikaël Kingsbury a d’ailleurs été transformé par le père de Félix pour devenir un support à médailles, tellement sa collection commence à compter un nombre impressionnant de spécimens!

Ses objectifs

À court terme, il est en préparation pour les cross-country qui s’en viennent en octobre et les entraînements de ski qui vont reprendre aussi hors-piste en octobre. «Cette année en ski, j’aimerais ça être le plus jeune skieur sur le circuit provincial», précise Félix. Habituellement pour faire de la compétition sur le circuit provincial, il faut avoir minimum 12 ans, la plus basse classe est celle des 12-13 ans. «Félix a le pointage, mais il faudrait qu’il soit surclassé de deux catégories», explique son père. Et à plus long terme, où se voit Félix? «Mon rêve c’est d’aller aux Olympiques en 2022 en ski acrobatique !»

Lieux géographiques: Saint-André-Avellin, Sherbrooke, Saint-Sauveur

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Denis
    13 septembre 2012 - 15:56

    Félicitations Félix !!