Un simple coule les Griffons

Antony Da Silva-Casimiro
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Les Triades du Cégep de Lanaudière se sont envolés avec la victoire lorsqu’ils ont inscrit un simple contre les Griffons du Cégep de l’Outaouais avec seulement sept secondes à jouer.

Les Griffons sont désormais à deux victoires en cinq matchs au classement.

26-25. C’est le pointage final entre les deux formations de football collégial. D’un côté, les visiteurs ont poursuivi leur lancée (4-0), tandis que les locaux ont vu leurs chances de prendre part aux séries diminuer (2-3).

Les Triades étaient à la ligne de 15 verges des Griffons lorsqu’ils ont simplement botté le ballon sur la clôture du terrain synthétique de l’école secondaire Mont-Bleu pour ajouter le point de la victoire. Denis Piché, entraîneur-chef des Griffons, trouvait que c’était un manque de respect de la part des adversaires.

«J’ai toujours été contre ce règlement. Ça n’a aucun sens. Y’a une raison pourquoi dans la NFL ou NCAA ça n’existe pas. Tu manques un placement et on te récompense par un point. C’est un règlement que je rêve de voir changer dans le football canadien», a-t-il affirmé.

Il ne cache pas que si la situation inverse s’était produite, il aurait pris la victoire sans s’opposer. Il ajoute que ce n’est pas ce jeu qui a fait la différence, mais bien un ensemble de facteurs. «On a laissé trop de points sur le terrain. On a joué en dents de scie, on a été inconstant.»

L’inexpérience s’est encore fait ressentir du côté de l’équipe de l’Outaouais. «On a démontré du caractère à certains moments. On démontre qu’on manque de maturité. On a de la misère à garder le pied sur la pédale», a indiqué Piché, spécifiant que les joueurs allaient tirer de ce match beaucoup d’expériences.

Des plaqués manqués en défensive, des points laissés sur le terrain et pas jouer une partie complète. Selon lui, ç’a été une véritable défaite d’équipe.

Julien Choquette et Félix Daigneault ont inscrit les premiers points des Griffons pour porter la marque à 10-3 en début du second quart. La machine offensive des Triades s’est mise en marche, produisant 15 points avant la fin de la demie pour ajouter un autre touché au 3e quart.

L’Outaouais a répliqué lorsque Nicolas Beaumont a complété une passe de 45 verges dans la zone des buts. La défensive a rapidement stoppé l’attaque des visiteurs et Jean-Philippe Carré a retourné un dégagement jusqu’à la ligne d’une verge. Choquette a inscrit son deuxième majeur de la rencontre quelques secondes plus tard.

Les deux clubs se sont échangés le ballon, avant que les Triades mettent fin aux espoirs des Griffons avec leur simple.

Ne disputant pas de rencontre la semaine prochaine, l’Outaouais profitera d’un long congé pour soigner ses blessures. Les troupiers de Piché seront de retour le dimanche 14 octobre à compter 13h sur le territoire de l’Inouk du Cégep de Granby/Haute-Yamaska.

Organisations: école secondaire Mont-Bleu

Lieux géographiques: Territoire de l’Inouk du Cégep de Granby

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Hubert Reeves
    30 septembre 2012 - 14:35

    Est-ce juste de la mesquenerie que d'accuser l'adversaire de manque de respect tout en disant qu'on aurait fait la même chose? Dur défaite oui mais pas de la à manquer d'esprit sportif.

  • Hubert Reeves
    30 septembre 2012 - 03:20

    Un manque de respect? Alors qu'on dit qu'on ferait la même chose? Child please!

  • Hubert Reeves
    30 septembre 2012 - 03:11

    Les règlements sont là et ils sont les mêmes pour les deux équipes. C'est une dure défaite d'accord mais je trouve ça dommage qu'on qualifie le tout de manque de respect alors que dans la même phrase on dit qu'on aurait pris la victoire si on avait été dans la même situation.

  • Hubert Reeves
    30 septembre 2012 - 03:10

    Les règlements sont là et ils sont les mêmes pour les deux équipes. C'est une dure défaite d'accord mais je trouve ça dommage qu'on qualifie le tout de manque de respect alors que dans la même phrase on dit qu'on aurait pris la victoire si on avait été dans la même situation.