Un train à vapeur sur les rails souhaité avant l'été 2016

Antony Da Silva-Casimiro antony.dasilvacasimiro@tc.tc
Publié le 24 septembre 2014
Train à vapeur

PROJET TOURISTIQUE. La Compagnie de chemin de fer de l'Outaouais (CCFO) a présenté aux différents acteurs de la région les trois projets qui sont sur la table des discussions.

Trois tracés sont proposés: Masson-Montebello, un parcours urbain entre la gare Montcalm et le parc du lac Beauchamp et un trajet entre Wakefield et la Carrière Morrison. Ils ont tous la même date d'échéance: été 2016.

Alors qu'elle aura pris sa décision à ce moment, la CCFO désire rencontrer les politiciens en octobre où elle justifiera son choix. Bien que le gouvernement Couillard coupe dans les secteurs tels que la santé et l'éducation, la présidente de la CCFO, Louise Boudrias, demeure confiante d'obtenir le financement nécessaire au projet.

«Le ministère du Tourisme a encore un budget et continuera à financer les projets touristiques. Ce n'est pas un don qu'on demande. Le gouvernement va récupérer une grande partie de son investissement. Le train a été rentable pendant 15 ans. Ce n'est pas difficile de vendre l'idée.»

Selon Mme Boudrias, l'Outaouais doit présenter un projet et parler d'une seule voix. «On ne s'attend pas à un non. On sait qu'il y a de l'argent et la région doit aller chercher sa part du gâteau.»

Elle rappelle également que le tracé Hull-Chelsea-Wakefield demeure dans les cartons, mais la CCFO doit encore démontrer avec des études à l'appui que le chemin de fer peut encore accueillir un train.

La rencontre s'est conclue avec une table ronde et les recommandations des acteurs de la communauté. Les personnes intéressées ont jusqu'à vendredi pour soumettre leurs recommandations à nadine@tapisrougeevenements.com.

Les projets Masson-Montebello

Le trajet proposerait un corridor de 42 km (appartenant à Chemin de fer Québec-Gatineau) longeant la rivière des Outaouais et durerait entre 1h30 et 2h, dépendant de la programmation. Les passagers pourraient contempler Masson-Angers, Thurso, Plaisance, Papineauville et Montebello.

Les gares de Masson-Angers et de Montebello pourraient également être visitées à l'instar du parc national, du centre d’interprétation et des chutes de Plaisance.

On estime que dès la troisième année, plus de 40 000 passagers embarqueraient dans le train annuellement. Les coûts du projet s'élèveraient cependant à plus de 8,6M$. Les retombées économiques seraient supérieures à 6M$, et ce, dès la première année.

Wakefield à la carrière Morrison

Le trajet de 4,5 km durerait 90 minutes (aller-retour), soit un tiers dans le village de Wakefield, un autre longeant le chemin de la rivière et le dernier sur le site de la carrière. Dès la première année d'opération, on parle de plus de 40 000 passagers et ce nombre augmenterait à plus de 53 000 au terme de l'an 3.

Ce projet serait le moins coûteux des trois à réaliser, mais également le plus petit. Dépendant de la structure de l'entreprise et du train utilisé, la facture ne devrait pas dépasser les 4M$. On parle d'une locomotive, de trois wagons et seulement 4,5 km de voie ferrée.

Trajet urbain (lac Beauchamp-gare Montcalm)

Le trajet de 12 km, soit plus ou moins 2h, ciblerait familles, couples, gens d'affaires, élèves ainsi que les visiteurs et touristes. On offrirait aux passagers des points d'intérêts comme le centre touristique de Gatineau, la gare Montcalm, le Casino du Lac-Leamy, une vue panoramique sur le casino, le club de golf Tecumseh et le parc du Lac-Beauchamp.

Le coût total du projet s’élèverait à environ 7,6M$. La contribution du gouvernement serait de 76%. Le reste proviendrait du milieu (CCFO, Ville de Gatineau, organismes régionaux et secteur privé) ainsi qu'un prêt à terme, ce qui coûterait un peu moins que 2M$.

Les projections financières pour les trois premières années varieraient entre 2,1 et 3,7M$, dont la majorité des revenus proviendrait de la billetterie.