La CSCV augmente encore les taxes scolaires

Dans le but d’atteindre l’équilibre budgétaire

Jessy Laflamme jessy.laflamme@tc.tc
Publié le 29 juin 2015
Photo TC Media

Les élus de la Commission scolaire au Cœur-des-Vallées (CSCV) ont augmenté le taux de taxation de 6,04% afin de faire face aux coupes budgétaires imposées par le ministère de l'Éducation de près d'un million $ pour l'année scolaire 2015-2016 et de présenter un budget équilibré.

Cette décision n'a pas plus à tous les commissaires. Maxime Hupé Labelle a d'ailleurs démissionné comme président des comités de vérification et du comité relatif aux ressources matérielles et financières. Il avait proposé de se servir d'un outil de révision des dépenses afin de les passer au peigne fin et de partir d'un budget zéro pour établir les priorités. Cependant, selon lui, ses suggestions n'ont pas été considérées. Michel Parenteau est donc le nouveau président de ces comités. Richard Durocher a aussi voté contre le budget ne voulant pas sabrer dans les services aux élèves.

Selon le président de la CSCV, Jocelyn Fréchette, ce budget permettra d'assurer un service essentiel minimal aux élèves. «Le conseil des commissaires a travaillé à protéger l'essentiel. Cependant, ces choix douloureux auront un impact sur les services aux élèves. Il est irréaliste de penser que l'on peut couper année après année sans qu'il n'y ait d'effet sur les services directs aux élèves», a-t-il affirmé.

Depuis 2010, les compressions imposées à la CSCV se chiffrent à 3,7 M$. Quatre éléments principaux de dépenses ont été comprimés pour absorber ces compressions budgétaires, dont 450 000$ en optimisant l'organisation scolaire au secondaire et en implantant un système de chauffage à la biomasse à l'école secondaire Louis-Joseph-Papineau. 

Environ 365 000$ seront coupés à la suite des compressions du ministère dans les mesures d'appui destinées aux écoles comme stratégie d'intervention, Agir autrement, projet particulier Pré-dep 3, jeunes actifs au secondaire, etc.

L'abolition et le non-remplacement de postes de cadres, de professionnels et de personnel de soutien permettront d'économiser 350 000 $ alors que les mesures diverses touchant les dépenses administratives et de fonctionnement, la suppléance et les frais énergétiques sauveront 175 000$.

Malgré ces mesures, le taux de taxe se chiffrera à 0,29237$ par tranche de 100$ de l'évaluation uniformisée pour l'ensemble des contribuables de la CSCV, soit une hausse de 16,65$ par tranche de 100 000$ de l'évaluation municipale.

La CSCV tient à préciser que cette hausse du taux de taxe résulte d'une décision gouvernementale d'abolir, sur une période de trois ans, la péréquation liée à la taxation scolaire. Les revenus de péréquation de la CSCV sont donc passés de 6 M$ (en 2012-2013), à 3 M$ (en 2013-2014) à 1,5 M$ (en 2014-2015) à 0$ (en 2015-2016). «La hausse du taux de taxation  vise uniquement à éponger cette perte. J'aime mieux qu'un propriétaire d'une résidence de 200 000$ paie 33$ de plus cette année au lieu de couper un psychologue aux élèves. Si on n'augmentait pas les taxes, il fallait couper 1,5 M$ ailleurs», précise M. Fréchette.

Le président a accepté la démission de Maxime Hupé Labelle. «En tant que président d'un comité, il faut être capable d'expliquer les recommandations de tous les membres et non pas de prioriser son opinion personnelle. Il faut que les babines suivent les bottines», indique-t-il.