Sections

Action Gatineau veut améliorer le transport en commun dans l’Est


Publié le 27 septembre 2017

Le conseiller de Buckingham Martin Lajeunesse, le maire de Gatineau Maxime Pedneaud-Jobin et le candidat dans Masson-Angers Alain Bergeron ont souligné l’importance de travailler en équipe pour développer l’Est de la ville.

©Photo TC Media - Louis-Charles Poulin

ÉLECTIONS. Le maire sortant Maxime Pedneaud-Jobin, accompagné par ses deux candidats d’Action Gatineau Alain Bergeron et Martin Lajeunesse, a présenté sa vision pour l’Est de la ville, le 27 septembre.

Ce n’est pas un hasard si l’équipe d’Action Gatineau a décidé de faire sa conférence de presse à l’ancienne gare de Masson. «On est ici à côté de la voie ferrée, puisque pour nous, ça symbolise les investissements importants qu’il reste à faire en transport en commun à l’Est [...] La région a commencé avec le train et nous on pense qu’on va finir aussi avec le train. On veut retourner au train, mais il faut aussi investir à court terme dans l’autobus pour améliorer le système», annonce le chef d’Action Gatineau, M. Pedneaud-Jobin, qui convient qu’il y un problème au niveau du retour à la maison pour plusieurs travailleurs utilisant le transport en commun. «Plus d’autobus et des lignes qui sont faites un peu différemment pour être plus directes», sont les améliorations qu’aimerait apporter le maire à court terme pour régler le problème. Le conseiller sortant dans Buckingham, Martin Lajeunesse, a donné en exemple le cas de la ligne d’autobus 97 qui part actuellement du Boulevard Labrosse. «Il devrait partir de Place de la Cité et même de La Gappe pour faire son trajet», estime-t-il en spécifiant que cela serait bénéfique pour les étudiants du Cégep et ceux qui se rendent aux Promenades de Gatineau.

L'ancienne gare de Masson a été construite en 1877 et est fermée depuis 1983.
Photo TC Media - Louis-Charles Poulin

Selon le candidat dans Masson-Angers Alain Bergeron, «le développement du secteur passe par la fluidité du transport de l’Est vers le centre-ville». Il affirme que le Rapibus n’a pas amélioré le sort des usagers du secteur. C’est pourquoi il souhaite étudier la possibilité d’utiliser les rails de train existantes pour améliorer la situation à long terme. «Il faut s’inspirer du succès du sud de la Ville d’Ottawa qui a su se développer en utilisant les rails déjà en place pour se joindre au système d’autobus similaire au Rapibus», croit-il. M. Bergeron voudrait aussi mettre en valeur l’ancienne gare de Masson, bien que son chef de parti affirme qu’elle «a franchi le point de non-retour».  M. Bergeron est d’accord avec cette affirmation, mais il souhaite tout de même étudier les possibilités afin d’élaborer un projet qui revitaliserait l’endroit, tout en préservant son patrimoine à un coût raisonnable. «Je veux que quelque chose arrive avec cette ancienne gare là qui a été abandonnée et je trouve ça malheureux», dit celui qui rêve un jour de pouvoir prendre le train et s’arrêter à cet endroit pour prendre un café et en apprendre plus sur l’histoire du secteur.

L’amélioration du transport entre Masson-Angers et Buckingham fera aussi partie des projets sur lesquels veulent travailler les candidats d’Action Gatineau. «Il faut travailler à mettre un circuit en boucle pour desservir les personnes âgées qui veulent se rendre à Buckingham pour aller à l’épicerie», cite M. Lajeunesse en exemple. Le candidat dans Buckingham a aussi parlé de la possibilité de voir comment les nouvelles technologies pourraient être utilisées pour faciliter la vie des citoyens. Il évoque la possibilité où ceux-ci pourraient utiliser leur téléphone intelligent pour signaler un nid-de-poule ou se rendre sur le web pour obtenir un permis de rénovation. Réduire la vitesse dans certaines rues et favoriser la revitalisation des deux secteurs font aussi partie des priorités du parti politique.

Si on veut une ville forte, il faut que les quartiers soient forts et que le sentiment d’appartenance local soit fort aussi.

Maxime Pedneaud-Jobin

Le maire de Gatineau a également dressé un bref bilan des réalisations des dernières années dans le secteur. «On a eu des investissements massifs dans les infrastructures, notamment pour être capable de recommencer le développement immobilier», indique-t-il en précisant qu’un contrat supplémentaire a été octroyé ce matin pour la station de pompage à Masson. Des investissements ont été effectués dans l’usine de traitement d’eau et pour l’amélioration de plusieurs rues, selon Maxime Pedneaud-Jobin qui ajoute le terrain synthétique, le complexe jeunesse, le sentier cyclable à venir, l’installation d’Unigym et l’augmentation d’activités au Centre de services à la liste des accomplissements du présent conseil.

À noter que Martin Lajeunesse fait face au jeune candidat Edmond Leclerc dans le district de Buckingham. Dans Masson-Angers, Alain Bergeron a le conseiller sortant Marc Carrière et le candidat Ghislain Larocque comme adversaires. Les citoyens sont invités aux urnes le 5 novembre.