Sections

Une séance de «salissage» public pour clore le mandat

Lochaber-Partie-Ouest


Publié le 3 octobre 2017

La tension qui existe entre le conseiller Pierre Renaud et le maire Jean-Pierre Girard a atteint son paroxysme.

©Photo TC Media - Louis-Charles Poulin

SALISSAGE.  Il n’est pas inhabituel d’assister à des rencontres municipales houleuses à Lochaber-Partie-Ouest depuis quelque temps, mais pas autant que, le 2 octobre, lors de la dernière séance du conseil avant les élections.

La tension qui existe entre le maire Jean-Pierre Girard et le conseiller Pierre Renaud a atteint son paroxysme, alors qu’ils en ont profité pour «laver leur linge sale» publiquement. Ils se sont accusés de plusieurs choses, notamment, d’avoir donné des «coups de couteau dans le dos» par le passé, d’avoir agi par «vengeance» et de faire des «mensonges» à la population. Étonnamment, les deux politiciens pourraient s’affronter pour la mairie de Lochaber-Partie-Ouest aux élections. Malgré son annonce dans le journal La Petite-Nation disant qu’il ne se représenterait pas aux élections, Jean-Pierre Girard a affirmé qu’il allait se représenter si M. Renaud décide de briguer la mairie. «S’il se présente comme maire, je me présente comme maire contre lui», annonce-t-il en disant que «80 personnes» lui en ont fait la demande dans la dernière semaine. «Je n’ai aucun problème de me faire battre, mais il ne rentrera pas par acclamation parce qu’avec l’égo qu’il a ça n’aurait pas d’allure», a exprimé M. Girard lors du droit de parole aux conseillers, où il en a profité pour salir M. Renaud.

M. Renaud a également attaqué verbalement le maire par la suite. «C’est l’enfer! Tu es un vaut rien […] Je n’ai jamais eu confiance en toi», a-t-il-lancé en disant que M. Girard n’était «pas honnête et intègre». Selon M. Renaud, la maire a «bluffé» lorsqu’il a annoncé son retrait de la politique et il a toujours eu l’intention de se représenter, ce que M. Girard a nié. Pour sa part, M. Renaud a affirmé qu’il se représenterait à son poste de conseiller, mais qu’il n’écarte pas la possibilité de viser la mairie. Il mentionne qu’il prendra sa décision le 6 octobre, soit la dernière journée de mise en candidature. Il affirme avoir «honte» de la façon dont la séance du conseil municipal s’est terminée.

Parmi les autres membres du conseil, Mario Mongeon a fait savoir qu’il serait candidat comme conseiller. Richard Quevillon et Carole Lépine Thompson ont informé les citoyens qu’ils ne se représenteraient pas aux élections. Lise Charron se dit toujours en réflexion concernant  son avenir en politique. Pour sa part, Jérôme Roy était absent de la séance.

Du travail pour le prochain conseil

Les élus ont rejeté les cinq soumissions reçues pour effectuer les travaux de réalisation du futur garage municipal. Ce sera, donc, sous la gouverne du prochain conseil que le projet pourra prendre son envol. «On a besoin de garage, car on sait tous qu’on a un jugement de la CPTAQ qui dit qu’on doit sortir notre stock», a précisé le maire pour justifier la construction d’un tel projet. De plus, des procédures devront être mises en place, notamment, pour déterminer si c’est à la municipalité ou aux citoyens de payer pour l’installation d’un ponceau. «On a des disparités dans l’application des règlements où des citoyens peuvent être floués par rapport à d’autres, c’est important de trouver des façons de fonctionner pour s’assurer qu’à l’avenir les citoyens ne soient pas floués», estime M. Renaud qui a mis de l’avant deux cas similaires, sur les chemins Townline et Silver Creek, où deux façons différentes de faire ont été appliquées. Les élus actuels ont également proposé que le futur conseil refuse des soumissions provenant d’entreprises qui ont des factures impayées à la municipalité à moins d’un remboursement. Lors de la séance, il a été dévoilé que 8000 $ et 6000 $ de plus en intérêts ont été perdus en raison de factures impayées, datant d’avant 2013, qui sont aujourd’hui irrécupérables.