Sections

Luc Desjardins souhaite rester maire de Ripon


Publié le 13 juillet 2017

Le maire de Ripon, Luc Desjardins, espère continuer à exercer ses fonctions actuelles après les élections municipales.

©Photo gracieuseté

ÉLECTIONS. Même si cela fait 20 ans qu’il est au conseil municipal, Luc Desjardins est toujours aussi passionné par son travail et demande à ses concitoyens de Ripon de lui faire confiance pour un troisième mandat en tant que maire. 

Dans mes deux derniers mandats, il y a plusieurs choses qui se sont réalisées», estime-t-il. Il cite, comme exemples, le Marché public, le développement des Montagnes Noires, la construction d’un nouveau CPE et l’amélioration de plusieurs chemins. «Il y a beaucoup de travail qui a été fait, mais il y en a encore beaucoup à faire», note-t-il. «On veut continuer à mettre l’emphase sur nos chemins en améliorant la qualité de nos routes», dit le maire qui s’engage à continuer de prendre des décisions pour améliorer la qualité de vie de l’ensemble des 1560 citoyens de sa municipalité.  

Ayant passé deux décennies en politique municipale, notamment en étant  conseiller de 1997 à 2009, M. Desjardins remarque que Ripon attire davantage les jeunes familles que par le passé. Selon lui, le nombre de jeunes à fréquenter l’école primaire dans la municipalité a grimpé d’environ 50 enfants dans la dernière décennie. «La famille c’est l’une de nos priorités et c’est important d’avoir des services pour les jeunes enfants», affirme-t-il en ajoutant que Ripon est également une Municipalité amie des aînés.

La municipalité se développe et il y a de plus en plus de jeunes familles.

Luc Desjardins

«On veut que l’ensemble des citoyens de la municipalité soit en forme ainsi qu’en bonne santé morale et physique. On se diversifie dans plusieurs domaines. On essaie d’avoir quelque chose d’intéressant pour tout le monde pour garder notre monde chez nous et que ce soit agréable de vivre à Ripon», souligne-t-il.

M. Desjardins mentionne apprécier la dynamique actuelle au sein du conseil municipal. «Il y a des opinions partagées et de bonnes discussions. On s’écoute beaucoup, on argumente et on vient toujours à bout de faire des compromis», dit celui qui est aussi préfet suppléant à la MRC de Papineau et qui adore s’impliquer au niveau régional.