Sections

Denis Légaré souhaite conserver son poste


Publié le 9 août 2017

Le maire de Notre-Dame-de-la-Salette Denis Légaré est d'avis qu'il est important que ses concitoyens élisent un maire qui est prêt à travailler sept jours sur sept.

©Photo TC Media - Archives

ÉLECTIONS. Le maire de Notre-Dame-de-la-Salette Denis Légaré annonce qu'il brigue un second mandat à la mairie dans le but de continuer à développer sa municipalité.

«Nos infrastructures étaient pas mal détériorées et j'ai travaillé fort pour les améliorer dans mon premier mandat. On a rénové l'ensemble de nos infrastructures sportives, ajouté une terrasse et une cuisine communautaire, on a maintenant un relais touristique, on a rénové notre caserne de pompiers et on a engagé quelqu'un au niveau des loisirs. On s'est vraiment dotés des infrastructures nécessaires pour faire du développement social, économique et durable et c'est ce que je compte faire dans le prochain mandat», informe M. Légaré qui entend saisir toutes les opportunités qui passent pour améliorer sa municipalité. Il affirme qu'il mettra en œuvre le plan d'action pour contrer la dévitalisation dans la municipalité proposée par l'étudiante à la maîtrise de la Chaire en Développement Économique de l’Université de Chicoutimi. Cette dernière a passé l'été dans la localité afin de faire l’inventaire des forces et des faiblesses de Notre-Dame-de-la-Salette au niveau de cette problématique. Le maire espère aussi s'entendre avec des entrepreneurs afin de mettre sur pied des projets stimulants pour faire rayonner davantage la municipalité.

Depuis son élection en 2013, M. Légaré mentionne ne pas avoir augmenté les taxes municipales de ses concitoyens. «Au point de vue budgétaire et fiscal, je pense que les finances de la municipalité sont en excellentes conditions», assure celui qui s'est assuré que les employés municipaux soient tous des résidents locaux, puisque ceux-ci provenaient pour la plupart des municipalités environnantes avant son arrivée à la mairie. «Avant, les employés venaient d'ailleurs, donc on dépensait un quart de million en salaires qui ne revenait pas à la communauté», explique le maire qui dit avoir réussi à aller chercher un total de deux millions $ durant son récent mandat en subvention.

Selon lui, il est la meilleure personne pour occuper les fonctions de maire de Notre-Dame-de-la-Salette en raison de ses quatre années d'expérience, sa volonté de travailler à temps plein pour la municipalité et parce qu'il est allé chercher un diplôme d'administrateur municipal. «J'ai suivi une douzaine de cours sur la gestion municipale. Il y a seulement la mairesse de Cantley et moi qui avons ce diplôme-là dans la région», souligne-t-il.