Sections

Le combat d'un enfant, la boule à zéro de papa


Publié le 20 avril 2017

ÉVÉNEMENT. À peine venait-il de quitter la chaise du coiffeur que Lilianne s'est empressée à toucher à son crâne, désormais dégarni de sa longue chevelure.

Joshua Alcorn s'est penché pour permettre à sa fille de s'exécuter. Au moment où elle dépose sa main sur la tête de son père, un petit rire cristallin résonne. C'est au tour du paternel du clan de dégainer un sourire.

Difficile de manquer le t-shirt blanc qu'il arbore fièrement. Sa conjointe a le même. On peut y lire, en anglais, «Je porte de l'or pour ma famille» sur un côté. De l'autre, il est affiché «Lilianne est ma héroïne», toujours dans la langue de Shakespeare.

La petite fille de cinq ans, elle, a une autre phrase imprimée sur son chandail.

«Je suis Lilianne».

Ça va bientôt faire deux ans qu'elle est en rémission totale. Je m'en rappellerais toujours. C'était le 2 mai, le jour de sa fête.

Joshua Alcorn

Il faut reculer plus de deux ans en arrière pour comprendre l'histoire de cette famille. Leur bébé n'a pas encore trois ans qu'on lui diagnostique un cancer. La date est enregistrée dans leur mémoire: le 9 janvier 2015.

Quatre traitements plus tard et la perte de tous ses cheveux, Lilianne a combattu le fléau qui a non seulement affecté sa vie, mais aussi le quotidien de ses parents.

«Ça va bientôt faire deux ans qu'elle est en rémission totale. Je m'en rappellerais toujours. C'était le 2 mai, le jour de sa fête», lance avec un grand sourire Joshua qui avait hâte d'avoir la boule à zéro.

Par geste de solidarité tant à sa fille que les autres enfants atteints de cancer, ce père de famille a décidé de se raser le coco dans le cadre du premier Défi Têtes Rasées de l'année organisé par Leucan Outaouais.

L'événement a pris place dans la foire alimentaire de la Place du Centre. Près de 10 000$ a été amassé. Le clan Alcorn en a récolté plus du dixième à lui seul.

Depuis décembre, tout juste avant Noël, que Joshua se laissait pousser la crinière. Une longue crinière qui commençait  à

Il a demandé de l'aide auprès de sa famille, de ses amis et ses collègues au travail pour mettre la main sur cette jolie somme, qui a été versé à Leucan Outaouais.

«Les gens de Leucan n'ont pas demandé si on avait besoin de quelque chose. Ils l'ont juste fait. Ils nous ont supporté et ont été à nos côtés tout le long du processus. Ça nous a permis de vivre notre vie pendant les traitements et nous donné de l'espoir et de la force à travers cette épreuve.»

«On sait ce que Leucan a fait pour nous. On aimerait ça que toutes les autres familles aient la même expérience qu'on a eue», a expliqué Joshua Alcorn sur son geste.