La table d’opération avant la table à langer

Antony Da Silva-Casimiro antony.dasilvacasimiro@tc.tc
Publié le 26 août 2012
Mélanie Lafrenière, conseillère indépendante chez Arbonne et organisatrice de l’activité de financement, et Geneviève Poirier, marraine de Danyelle Marion Poirier.
Antony Da Silva-Casimiro

La petite Danyéle Marion Poirier a subi une opération deux jours après la naissance et séjourne au CHEEO depuis déjà plus d’une vingtaine de nuits.

Née le 1er août à l’hôpital de Gatineau, la fille de Véronique et Sébastien Michel a été transportée au Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario (CHEEO) vingt-quatre heures après avoir vu le jour. Le 3 août, elle devait passer d’urgence sur la table d’opération.

«Quand elle est née, elle faisait des petites grimaces et on ne le savait pas que c’était un indicateur pour un manque d’oxygène. Mon père a dit à mon frère de la surveiller cette nuit. À 3h du matin, elle était bleue et deux heures plus tard, elle était au CHEEO», a mentionné Geneviève Poirier, la sœur de Sébastien Michel.

Lorsque les parents de Danyéle sont arrivés sur les lieux, on leur a annoncé qu’elle n’avait que 23% chances de survie. Le cardiologue Ganesh Shanmungam a proposé aux parents qu’il souhaiterait que leur fille passe une semaine à l’hôpital avant de subir l’opération pour augmenter ses chances.

Cependant, puisqu’elle était en train de mourir, les médecins ont dû opérer la jeune enfant durant la nuit suivante. Le cardiologue leur a alors demandé s’ils étaient sûrs de vouloir le faire, puisqu’il n’y avait que trois pourcents de chances qu’elle passe à-travers. «Mon frère lui a répondu que s’il y avait 3%, il les prenait.»

C’est une malformation cardiaque du ventricule droit formé à seulement 50% qui lui empêchait de recevoir l’oxygène qui lui fallait. Les médecins ont dû joindre un tuyau aux poumons, afin que le sang puisse être filtré. Les jours suivant l’opération, elle a été reliée à une machine.

«On a pu s’apercevoir qu’elle avait des caillots de sang au niveau de la nuque et de l’aine. Son état est stable en ce moment, mais c’est à suivre. On vit au jour le jour. On se concentre sur le cerveau pour voir si tout est correct et après on regardera les autres organes», a déclaré la marraine de la fille de Véronique et Sébastien.

Surnommée l’enfant miracle du CHEEO, Danyéle devrait quitter les soins intensifs au cours des prochaines semaines. Geneviève Poirier compte aider les parents le plus possible. Ces derniers savent que la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ) versera un peu plus de 2500$. Pour venir en aide à la famille, une activité de financement a été organisée dimanche au Luxe Lounge.

De 14h à 17h, des produits Arbonne étaient en vente. La moitié des produits vendus revenaient à l’activité de financement. Il était aussi possible d’effectuer un don pour soutenir Danyéle. Mélanie Lafrenière, organisatrice et conseillère indépendante chez Arbonne, espère amasser au moins 2000$ pour la filleule de Geneviève.

«C’est Mélanie qui est venue me voir pour qu’on organise ça. C’est un ange descendu du ciel et j’étais soulagée qu’elle me le propose. Si je peux aider la famille à obtenir des sous, je vais faire tout mon possible», a-t-elle fait part, ajoutant que s’ils dépassaient le montant nécessaire, la différence serait versée au département de cardiologie du CHEEO.