Sections

La coccinelle, une symbolique précieuse aux yeux de Renée Gauthier


Publié le 15 juin 2017

Renée Gauthier sourit à la vie malgré les nombreux défis.

©TC Media - Pascal Laplante

CANCER. C'est une infestation de coccinelles qui a fait en sorte que Renée Gauthier a décidé, un beau jour, de se faire raser la tête au profit de Leucan.

Il y a trois ans, sa sœur Danielle venait de subir un accident vasculaire cérébral. Elle se rendait à l'hôpital pour une biopsie, car on craignait dans la famille qu'elle ait le cancer des os. Elle est décédée quelques semaines plus tard.

Renée Gauthier est issue d'une famille de sept enfants. Danielle n'était pas la première à partir trop vite. Son frère Michel est décédé d'un cancer des poumons après une longue rémission. Sa mère a aussi perdu son combat contre le cancer du côlon. Sa sœur Sylvie, 49 ans, est morte d'un cancer du foie.

 «Lorsque ma sœur Sylvie est décédée, il y a eu une épidémie de coccinelles chez elle et ça m'avait marquée. Depuis ce temps, quand j'envoie mes textos, je termine toujours en mettant une coccinelle. C'est comme ça que ça m'a amené à participer au Défi (têtes rasées).»

C'est ainsi que l'aventure a débuté. Ce n'est que cette année, sur un coup de tête, que la Gatinoise a décidé de relever le défi et est allée à la rencontre de ses voisins et de ses amis pour récolter des dons.

«Cette année, je l'ai fait un peu de façon impulsive. Je me suis occupée des campagnes Centraide. Je me suis organisée pour collecter des fonds dans la rue. J'ai vu aussi comment Leucan était organisée pour les campagnes sur le web et avec les documents. La participation de la famille et les amis était grandiose. Je me sentais fébrile.»

En pleine forme

Renée Gauthier se sent privilégiée d'être en pleine forme et de croquer dans la vie à pleines dents. Elle s'occupe aussi de son mari, amputé en raison de problèmes liés au diabète: «Dans ma famille, la moyenne d'âge est entre 49 ans et 65 ans. Je ne sais pas si c'est parce que je suis très active et occupée, mais je touche du bois.»

Pour elle, de voir des enfants se battre si jeune pour leur vie, elle s'est sentie interpellée et a voulu poser le geste de se faire tondre les cheveux.

«Ils ont une force incalculable et indescriptible. Et j'adore les enfants. Mes petits-enfants viennent régulièrement chez moi et je me suis dit que je voulais le faire, car j'ai été choyé que les miens n'aient jamais été malades.»

Considérant le passé de son entourage, Renée Gauthier a fait le tour des gens qu'elle connaissait afin de les informer qu'elle se ferait raser.

Aujourd'hui, elle compte donner de son temps pour Leucan et poursuivre son implication dans diverses causes, comme elle le fait depuis des années. Elle a pigé, jusqu'à présent, le bon numéro à la loterie de la vie et en est très consciente.

«Je crois qu'on a tous des cellules cancéreuses pas réveillées et dépendamment des moments que tu passes dans ta vie, ça peut s'activer. Ça pourrait m'arriver demain ou dans six mois.»