Sybo veut offrir du bonheur

Publié le 17 mars 2017

Plusieurs amies participent aux soirées "paint nite", ce qui devient réellement une soirée de filles pour elles.

©Photo tirée de Facebook

PASSION. Depuis un an, Sylvie Beauregard mieux connue sous son nom d'artiste Sybo, possède un atelier au 526, avenue de Buckingham.

En plus d'y vendre son matériel, elle y offre des ateliers de "paint nite". Lors de ces soirées, elle invite des femmes à dessiner une toile avec laquelle elle reparte à la fin de l'activité.

Les participantes ont déjà peint un corset. D'autres ont dessiné des talons hauts avec des bas collants ou  une bobette paillasson. Sybo aimerait offrir quatre ateliers par année de chaque tableau afin de permettre à toutes les femmes de s'inscrire, car elle affiche rapidement complet pour cette activité qui se tient tous les deux jeudi soir. De plus, les femmes pourraient créer les trois tableaux qui s'agencent ensemble pour décorer leur intérieur.

Sybo fournit tout le matériel et explique étape par étape la création du dessin afin que tout le monde puisse le terminer. «Même si les gens sont débutants, ils repartiront avec une toile et seront satisfaits. Je ne veux pas que les gens partent avec l'impression qu'ils ne sont pas capables de la faire. Souvent, les femmes me disent qu'elles n'ont pensé à rien pendant la soirée», explique-t-elle.

Cet atelier connaît un vif succès, mais Sybo vivait de son art depuis déjà quelques années. Dire que cette aventure a commencé grâce à un agenda.

J'ai des trucs d'idées qui attendent à la porte. -Sybo

«J'avais eu l'idée d'en faire un et on m'avait un peu découragée, raconte-t-elle. Puis, la vie a fait en sorte que je fonce. Je voyais le train venir et si je ne sautais pas dedans, je passais à côté. Je sais que c'est ça que j'ai à faire.»

Elle a trouvé un imprimeur qui distribue maintenant ses agendas pour une cinquième année. D'autres items ont suivi comme des signets, des blocs-notes. Bref, elle offre maintenant une gamme de papeterie, d'accessoires de cuisine et de salles de bain.

Bien qu'elle peigne maintenant des animaux comme des girafes, des libellules et des grenouilles, sa principale marque de commerce est ses "girlys" très colorées. «Mes personnages n'ont jamais le sourire assez large tellement elles sont heureuses. Je veux offrir du bonheur. Il faut vivre dans la joie au quotidien.»

Pour ce faire, elle fait du sur mesure pour ses clients. «Si ton chum est un mordu de pêche, je vais lui dessiner un poisson avec le message que tu veux pour qu'il soit content. Je peux faire n'importe quoi.»

Elle chapeaute aussi des oeuvres collectives à certaines occasions, dont aux Journées de la culture. Dans un certain cas, il s'agissait de cœurs. Une autre fois, les gens avaient dessiné des bonshommes sourires de toutes sortes.  «C'est un événement que j'organise, je m'occupe de tout et ça devient une toile qui appartient à tout le monde.»

En plus, Sybo expose ses toiles dans certains événements. Elle sera au Club de golf d'Aylmer le 26 mars prochain. Cependant, ce n'est pas sa priorité.

«Je me considère chanceuse de pouvoir gagner ma vie à Buckingham en tant qu'artiste. Je veux rester ici et non pas exposer partout», affirme-t-elle.

Elle aimerait bien embaucher quelqu'un prochainement pour l'aider à accomplir différentes tâches afin qu'elle puisse se consacrer totalement à la création.

«J'ai plein d'idées, mais je manque de temps pour toutes les concrétiser», indique-t-elle.

 

La moyenne d'âge des participantes aux soirées "paint nite" est de 25 à 60 ans

©Photo tirée de Facebook