La nouvelle corde à l’arc de Fabien Cloutier

En spectacle à Gatineau le week-end prochain


Publié le 19 mars 2017

HUMOUR. Il avait déjà flirté avec l’humour dans ses productions théâtrales, dont Scotstown et Cranbourne, mais c’est avec son premier one-man show que Fabien Cloutier débarque au Théâtre du Casino, le 25 mars prochain.

Avec son personnage du «chum à Chabot», qu’il a créé et interprété au théâtre, il avait goûté à une certaine forme d’humour. «Mais j’avais envie de mettre de côté le personnage pour m’approcher un peu plus de moi», admet-il.

Mais sans être comme un livre ouvert – il aime bien le second, voire même le troisième degré – il souhaitait lancer des gags en tant que Fabien Cloutier. «J’aime diriger le spectacle vers le public, lui parler, le questionner», poursuit-il.

Le «chum à Chabot» n’avait pas toujours le bagage nécessaire pour traiter de certains sujets, admet Fabien Cloutier. À l’instar de son personnage, il pourrait parler sans détour. «Mais Fabien Cloutier a plus de vocabulaire», rigole-t-il.

Sur scène, le spectateur pourra donc l’entendre se questionner sur notre façon de consommer l’information ou sur notre amour «pour les émissions qui nous disent comment vivre», par exemple.

Là où il croit humblement présenter quelque chose de différent, c’est dans la façon dont le spectacle est construit et sa «façon de passager d’un sujet à l’autre et d’aller dans le récit.». Son bagage théâtral y est sans doute pour quelque chose, convient-il.

Processus créatif

Les premiers balbutiements du projet datent d’il y a quelques années. Celui que l’on peut aussi voir dans Les belles histoires des pays d’en haut, dans Boomerang ou dans Les beaux malaises, entre autres, avait présenté quelques bribes du spectacle lors du ZooFest, en 2014.

Il a ensuite pris le temps de retravailler le tout, voir comment les gags étaient reçus, et rencontrer le public.

Le plaisir de la scène

Que ce soit au théâtre ou en humour, Fabien Cloutier admet avoir toujours un plaisir d’être sur scène, de porter ses textes à lui.

Celui qui écrit aussi pour les autres, en plus d’accumuler les projets à l’écran, affectionne particulièrement la liberté que lui procure la création pour la scène.

Et ce qu’il présente sur scène est ce qu’il «voulait faire». «Je n’ai jamais eu la prétention de plaire à tout le monde», poursuit-il. Chose certaine, il veut divertir et faire rire son public. Et pourquoi pas à certains moments, les amener à réfléchir. «Mais ce n’est pas tout le monde qui va réfléchir à la même place», constate-t-il.

Assurément, à l’image du titre de son spectacle intitulé Assume, Fabien Cloutier, assume son nouveau chapeau d’humoriste. Mais l’appellation de son premier one-man show ramène aussi aux spectateurs. «C’est aussi pour inviter le public à assumer de quoi on rit et de quelle façon on rit», note-t-il.

Si Fabien Cloutier pense bien éventuellement faire d’autres spectacles d’humour une fois celui-ci terminé, il a encore beaucoup de projets à faire autant en théâtre qu’à l’écran.