Incursion dans la vie quotidienne d'il y a 150 ans

Une nouvelle exposition en collaboration avec Biblbiothèque et Archives Canada


Publié le 20 avril 2017

EXPOSITION. La toute nouvelle collaboration entre Bibliothèque et Archives Canada et le Musée canadien de l’histoire permettra un mariage entre les deux institutions pour présenter une nouvelle exposition à chaque année, la première plongeant dans la vie quotidienne d’il y a 150 ans. 

La nouvelle salle Les trésors de Bibliothèque et Archives Canada avait été annoncée en décembre 2016. Elle a ouvert ses portes jeudi, au Musée canadien de l'histoire, avec le dévoilement de la toute première exposition réalisée en collaboration par les deux organisations.

Son objectif est entre autres de présenter au public des documents et des objets qui ont joué un rôle important dans l’histoire. «Elle permettra aux visiteurs de voyager à une autre époque et de voir des artéfacts précieusement conservés par nos deux institutions», note le bibliothécaire et archiviste du Canada, Guy Berthiaume.

La première exposition, Reflets d’il y a 150 ans, se veut l’occasion de dresser un portrait du Canada dans les années qui ont entouré la Confédération. Plusieurs images qu’il est possible de voir dans l’espace d’exposition présente d’ailleurs la vie à cette époque, tantôt avec un paysage d’autrefois, ailleurs avec le tracée du 49e parallèle.

Des aquarelles, des photos, une ceinture fléchée, des documents imprimés sont aussi installés dans la nouvelle salle.

L’exposition présente aussi de rares documents d’archives. Parmi eux, le registre des serments d’allégeance portant les signatures des premiers ministres et de leurs ministres entre 1867 et 1979.  On peut aussi y voir le journal d’Annie Thompson, l’épouse de l’ancien premier ministre, John Thompson.  

L’idée était de présenter des tranches de la vie quotidienne à cette époque. «C’était très important de voir les perspectives personnelles des individus, de leur communauté, de leur perspective», note le président-directeur-général du Musée canadien de l’histoire, Mark O’Neil.

Le but était aussi que cette exposition soit complémentaire à la salle de l’Histoire canadienne, qui sera inaugurée le 1er juillet prochain.