Shakti Ramsurrun, un mari contrôlant?


Publié le 20 avril 2017

©Facebook

Une fois établi chez ses beaux-parents à Gatineau, Shakti Ramsurrun trouvait inconcevable que sa conjointe puisse jouir de sa liberté en soirée.

Sans présumer que le jeune homme exerçait un contrôle certain sur Anne-Katherine, l’une des demi-sœurs de celle-ci a raconté au jury jeudi qu’il était en désaccord avec son rythme de vie qui n’avait pourtant rien d’extraordinaire.

«Shakti trouvait inadmissible que Louise et Claude laissent Anne-Katherine – qui était âgée de 20 ans – sortir de la maison après 18h. Ma mère ne comprenait (d’ailleurs) pas sa réaction», a relaté Dominique Marleau à la barre des témoins.

À son retour de l’Île Maurice, en juin 2011, après avoir accouché, la Gatinoise s’est établie chez ses parents avec son jeune fils. Ramsurrun, lui, a été contraint de demeurer dans son pays natal pendant six mois en attente de recevoir le feu vert d’Immigration Canada.

«Anne-Katherine ne souffrait pas de son absence, a fait savoir Mme Marleau. Elle était très bien avec son bébé. Elle ne semblait pas s’ennuyer de Shakti. Ce n’était pas difficile pour elle d’être séparée de lui.»

Puis, l’homme aujourd’hui âgé de 33 ans a pu prendre un vol vers le Canada.

«Il était réservé. Il avait l’air heureux, de bonne humeur, mais il ne s’ouvrait pas facilement. Il devait se sentir loin de chez lui, mais je sais qu’il était content d’être ici», a noté Mme Marleau en répondant aux questions de l’avocat de l’accusé, Me Richard Dubé.

«Tout un caractère»

Anne-Katherine Powers a trouvé la mort le 23 mai 2012. Comme sa mère, Louise Leboeuf, et son beau-père, Claude Lévesque. Ils ont été retrouvés au lendemain de leur décès, enroulés dans des couvertures, couchés sur le plancher de la cuisine de la maison familiale.

Anne-Katherine, «c’était quelqu’un de fondamentalement gentil et doux. Elle avait un regard très candide. Mais sous son apparence de petite fille timide, elle avait tout un caractère et était capable d’aller jusqu’au bout de ses idées», a souligné sa demi-sœur en salle de cour.

La jeune femme avait décidé de rompre avec le père de son enfant, de qui elle avait fait la connaissance lors d’une croisière dans les Caraïbes, après avoir découvert qu’il entretenait une relation à distance avec une ancienne conquête.

Ramsurrun, selon la Couronne, n’acceptait pas qu’un autre homme puisse éventuellement prendre sa place et élever son fils.