Les femmes de Gatineau s'approprient la rue

Sébastien Pierroz
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

"En bordure des voies, moi aussi j'ai le droit". Le slogan sur les lèvres, elles étaient une centaine, le plus souvent avec de pancartes, à avoir répondu jeudi soir à Gatineau à la marche "La rue, la nuit, femme sans peur" chapeauté par le CALAS (Centre d'aide de la lutte contre les agressions sexuelles) de l'Outaouais. Le tout dans le cadre de la Journée d'action contre la violence sexuelle faite aux femmes.

Le cortège partait du Parc Moussette

Peu avant le départ tenu au Parc Moussette, Michele Diotte, membre de l'association et responsable de l'événement, a martelé le message de l'association, haut-parleur en main: "Les incidents récents nous rappellent qu'il faut agir et ne rien lâcher". Une allusion directe aux récentes agressions dont ont été victimes des femmes sur les pistes cyclables à Gatineau, cet été.

La marche, qui se tenait à travers les rues de Gatineau et jusqu'au boulevard Alexandre-Taché, était également symbolique : "On doit se trouver tranquille lorsqu'on se marche dans la rue et se réapproprier la voie publique, confiait Daphné Vachon, une marcheuse également membre du CALAS. Elle ne doit en aucun cas symboliser pour les femmes le danger."

Une dizaine d'hommes avait décidé également de faire le déplacement en guise de soutien. "Je marche en solidarité. Car il s'agit selon moi d'une question de sécurité publique. Parfois, les incidents sont dûs à quelques personnes ayant des problèmes mentaux. Mais la plupart du temps, il s'agit d'un problème de socialisation."

Lieux géographiques: Gatineau, Boulevard Alexandre-Taché

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Linda Jolicoeur
    07 octobre 2012 - 19:44

    Je trouve déplorable qu'en tant que femme je ne peux me promener en sécurité...que ce soit dans mon cartier ou dans les parcs et pistes cyclables. J'ai près de 50 ans et je n'ai jamais eu peur de prendre mes marches qui en plus je prend LE JOUR, depuis plusieurs évenements consécutifs dans la région, je marche toujours accompagnée ou dans les centres-villes où c'est passant. Non à la peur, nous sommes des êtres supposément civilisés, on veut être libre d'aller et venir en toute sécurité!

  • LISETTE
    21 septembre 2012 - 14:28

    Étant femme aussi - je me promène pas en petite tenue à toute heure de la soirée ou de la nuit j'ai une amie avec moi et un cellulaire je veux pas être méchante, mais selon moi, la fille ou la femme attire ses bosses - milles excuses mais c'est mon opnion