Sections

Un 9e Challenge de curling à saveur olympique


Publié le 3 octobre 2017

CURLING. La venue de moins nombreuses équipes ne changera pas le calibre du 9e Challenge de curling de Gatineau.

Le sixième au classement mondial John Epping sera présent au centre sportif Robert-Rochon et au club de Buckingham pour défendre son titre. La tête d'affiche locale, Jean-Michel Ménard, ne ratera pas cette étape du World Curling Tour, qui se tient dans sa cour arrière du 18 au 22 octobre.

Il y aura une touche olympique à ce tournoi. Sur les 28 équipes, il y en a 11 qui ont encore des possibilités d'aller à PyeongChang, en Corée du Sud, en février.

Dany Beaulieu, directeur du tournoi

D'autres gros noms seront de la partie. À commencer par le quatuor écossais de Kyle Smith, 8e sur l'échiquier planétaire et champion du monde junior il y a quatre ans passés. On retrouvera aussi Peter De Cruz de la Suisse, situé au 9e échelon mondial et médaillé de bronze au championnat du monde l'an dernier.

À cette liste, s'ajoutent le Japonais Yusuke Morozumi, champion continental de la zone Asie-Pacifique en 2016, le groupe dirigé par le Chinois Rui Liu, qui avait terminé au pied du podium aux derniers Jeux olympiques, ainsi que les quatuors américains Heath McCormick et de Craig Brown.

«Il y aura une touche olympique à ce tournoi. Sur les 28 équipes, il y en a 11 qui ont encore des possibilités d'aller à PyeongChang, en Corée du Sud, en février», a souligné le directeur du tournoi majeur à Gatineau, Dany Beaulieu.

«Et à une semaine des pré-essais olympiques, on a des équipes qui voulaient jouer sur la glace pour se pratiquer, car c'est sur une surface similaire qu'auront lieu les qualifications», a-t-il ajouté alors que Morozumi, De Cruz et Smith ont quant à eux déjà leur billet pour les Jeux olympiques.

Cette année olympique est un couteau à double tranchant. Elle assure un niveau de jeu relevé que par le passé, mais en même temps, elle a empêché certains clubs de se déplacer pour le Challenge de Gatineau qui totalise plus de 54 000$.

Puisque la course aux points est terminée, des quatuors de renom comme celui de Brad Gushue, monarque au pays et champion du monde en titre, ont fait une croix sur la compétition présentée dans l'est de la ville afin de se reposer. En fait malgré que l'aventure olympique n'aura lieu que dans cinq mois encore, cette saison est le début d'un nouveau cycle olympique.

Ça et aussi l'ajout d'autres tournois majeurs au calendrier 2017-2018 par la WCT.

À trois semaines de ce rendez-vous annuel qui aura un nouveau partenaire majeur en l'entreprise Hewitt Équipement limitée, le comité organisateur a annoncé que 60 quatuors de sept pays, dont 28 dans la classe Élite, convergeront en sol gatinois.

En comparaison avec les années précédentes, on parle d'une diminution.

«Il y a tellement de tournois élites aujourd'hui. On en avait 32 par le passé et même des listes d'attente. Ce n'est plus le cas. Le World Curling Tour en a ajouté plusieurs cette saison. On n'est pas les seuls qui ont été affectés», a indiqué Dany Beaulieu.

Une preuve que le sport est en santé, car plusieurs villes veulent tenir des tournois majeurs. Le seul hic, c'est que ça vient nuire aux autres compétitions déjà existantes. Par exemple, ce week-end était généralement réservé à deux étapes majeures; une à Gatineau, l'autre en Suisse.

Un autre tournoi de grand d'envergure a été ajouté dans l'ouest du pays. Et l'organisation mondiale a bien failli en accorder un quatrième. À Gatineau, la popularité de l'événement lui permet de présenter 28 formations. Ailleurs, on a dû descendre le nombre d'inscriptions drastiquement.

La catégorie Ouverte comptera pour sa part encore 32 équipes, dont une d'Israël. Adam Freilich et ses compatriotes avaient gagné la mouture provinciale en 2016 et tentera d'en faire de même cette année. Les quatuors de l'Outaouais de Ted Butler, Roger Bertrand, Martin Patry et Mario Deschâtelets auront pour mission de leur barrer la route.