Les Olympiques confirment leur 10e position


Publié le 17 mars 2017

LHJMQ. Le dernier match de la saison régulière ne voudra rien dire. Les Olympiques de Gatineau s'en sont assurés vendredi soir devant leurs partisans.

Des doublés de Mitchell Balmas et Zack MacEwen ont propulsé la troupe outaouaise à un gain de 5 à 1 sur les Voltigeurs de Drummondville, qui ont été bombardés du début à la fin.

Une victoire d'autant plus importante, puisque les Gatinois ont pris le dixième rang et n'en bougeront pas, peu importe les résultats de samedi alors que les Remparts de Québec ne peuvent plus les rattraper.

«C'est grâce au travail des joueurs si on est là aujourd'hui. Ils ont fait la différence. Ç'a été un effort collectif. Tous les trios nous ont donnés plusieurs bonnes chances et on a conservé le plan de match», a indiqué l'entraîneur Éric Landry.

Butés à un gardien au sommet de son art en première période avec 15 arrêts, les Olympiques ont finalement trouvé un moyen de percer le mystère Émilien Boily, qui les avait neutralisé le mois passé.

«Ça ne nous a pas déconcentrés. On a continué à tirer dessus et a exploité différents jeux. On était confiant que la rondelle allait finir par rentrer dans le but», a ajouté Landry.

C'est le cas de Balmas (20e, 21e) et MacEwen (30e, 31e). Si chacun a atteint un plateau avec son premier but de la partie grâce à un effort individuel, les deux attaquants  ont bénéficié de retours avantageux pour faire vibrer les cordages à nouveau.

Dans le match, Vitalii Abramov a obtenu deux mentions d'aide, dont une sur le filet de Yakov Trenin, qui n'est plus qu'à un but d'atteindre à son tour le cap des 30 buts.

La comète russe a ainsi devancé Tyler Boland de l'Océanic de Rimouski au classement des compteurs, lui qui totalise désormais 103 points, comparativement aux 102 de l'attaquant de 20 ans.

Je ne les aime pas pantoute. Je voulais à tout prix jouer ce match pour pouvoir les battre. Et pas question que je leur donne un cadeau ou une chance de revenir dans le match. Tristan Bérubé, 17 ans

Si l'Armada de Blainville-Boisbriand sera en visite samedi après-midi, le pilote gatinois ne s'attend pas à ménager ses joueurs dans ce duel sans influence sur le classement. L'alignement déjà restreint ne leur permet pas de bénéficier de ce luxe, a-t-il précisé.

Pas de cadeau

Tristan Bérubé avait à peine été testé qu'un tir en haut du filet l'avait battu. Les Voltigeurs ont pris les devants par l'entremise de Nicolas Guay.

Pas question pour le cerbère de 17 ans d'en allouer un deuxième. Surtout pas contre son ancien club.

Moins occupé que Boily, le numéro 37 des Olympiques s'est dressé à plusieurs reprises, notamment en troisième période où il a sorti la mitaine et la jambière pour se sortir d'une situation difficile.

«On voulait le voir devant le filet avant que les séries commencent pour voir s'il était prêt. Il a fait de gros arrêts quand les joueurs voulaient être un peu plus offensifs. On est satisfait de ce qu'on a vu de lui», a commenté Éric Landry.

Bérubé, lui, voulait à tout prix défendre la cage locale. Non seulement parce qu'il souhaitait avoir du temps de jeu, mais surtout parce qu'il désirait à avoir une opportunité de plus de vaincre Drummondville.

Perdant dans deux causes précédentes où il avait accordé cinq buts chaque fois, l'auteur de 26 arrêts dans la rencontre a vu son vœu être exaucé.

«Je ne les aime pas pantoute. Je voulais à tout prix jouer ce match pour pouvoir les battre. Et pas question que je leur donne un cadeau ou une chance de revenir dans le match», a déclaré Tristan Bérubé, sourire en coin, qui a été échangé en août avec le défenseur Simon Leclerc en retour de Marc-Olivier Duquette et un choix de sixième ronde en 2018.

Si le début a été difficile du match, jamais le principal intéressé n'a douté de la victoire.

«Ils ont tiré cinq fois en première période et pendant longtemps, on les a maintenus à neuf en deuxième. On l'a vu: on a explosé et ils ne pouvaient plus nous tenir.»

Trois clubs à surveiller

Si le match Olympiques-Armada n'a aucune signification, ce ne sera pas le cas de toutes les parties. Les partisans de la région auront d'ailleurs un œil sur les rencontres du Titan d'Acadie-Bathurst, les Saguenéens de Chicoutimi et les Screaming Eagles du Cap-Breton.

Car l'une de ses trois formations sera son adversaire pour le premier tour des séries. C'est donc dire que l'autobus de l'équipe fera du millage, peu importe l'opposant.

Le Titan a non seulement plus de points (82), mais possède aussi l'avantage au premier bris d'égalité, lui qui n'a aucune victoire en fusillade. Cap-Breton (80) en a une seule, tandis que les «Sags» (81) sont désavantagés avec six gains en tirs de barrage.