Le tracé des Chemins d'eau approuvé par Québec

Yannick Boursier yannick.boursier@tc.tc
Publié le 4 janvier 2016
La Maison du tourisme
TC Media - Archives

TOURISME. Le gouvernement du Québec a approuvé un tracé pour le projet de route touristique Les Chemins d'eau qui sera présenté aux élus de la région en janvier.

Tourisme Outaouais avait présenté en 2014 un parcours pour cette route touristique qui avait été établi à la suite de consultations avec les gens du milieu. La volonté était de mettre en place une route touristique régionale qui mettait en vedette l'eau.

Le tracé a été proposé à Québec pour être intégré au réseau des routes touristiques avec la volonté de réaliser le tout en 2015.

Toutefois, Québec a demandé des changements au tracé et c'est finalement en début décembre que le tracé final a été approuvé. «Au mois de janvier, on va préparer une tournée dans la région pour aller rencontrer les élus et leur présenter le nouveau projet», mentionne la directrice générale de Tourisme Outaouais, France Bélisle.

Les détails du projet seront présentés après cette tournée, soutient Mme Bélisle. Toutefois, elle a confirmé que la route touristique s'étendra sur 243 km et que le coût d'implantation devrait tourner autour de 730 000$. «C'est très important pour nous, parce que c'est un projet régional, affirme France Bélisle. Et la demande pour cette route est venue des gens du milieu.»

Une fois que la route sera officiellement en place, c'est Tourisme Outaouais qui en aura la gestion. «Rien ne nous empêchera de la modifier au fil des ans, souligne la directrice de Tourisme Outaouais. Notre but est de continuer à la développer pour l'améliorer.»

Pour 2017?

Maintenant que le tracé est confirmé, il ne reste que le financement à régler. Une grande partie devra provenir des MRC et de la Ville de Gatineau. Le gouvernement du Québec devrait aussi être un partenaire.

L'argent servira notamment pour l'affichage des panneaux bleus servant à désigner la route comme attrait touristique et pour la promotion de cette nouvelle route. «L'année importante pour nous, c'est 2016, indique France Bélisle. On doit aller chercher le financement. On veut que la route puisse vivre en 2017.»