Carrières Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Hockey

Retour

31 mars 2017

Antony Da Silva-Casimiro - adasilvacasimiro@lexismedia.ca

L'Intrépide devra dompter sa bête noire

MIDGET AAA. En pleine confiance en ses moyens, l'Intrépide de Gatineau en aura bien besoin face à son prochain adversaire: les Phénix du collège Esther-Blondin.

En quête de disputer la Coupe Dodge, la formation outaouaise devra rendre visite à sa bête noire de la saison régulière, qui l'a vaincu cinq fois en autant de sorties.

Qui plus est, le club de Lachenaie a corrigé à trois reprises l'Intrépide, laissant un goût amer dans la bouche des joueurs, qui viennent de blanchir les Forestiers d'Amos et d'éliminer le Rousseau-Royal de Laval-Montréal.

Bien que la troupe menée par Xavier Parent et Samuel Poulin, deux des meilleurs espoirs en vue du repêchage junior majeur en juin, n'ait pas joué un match en près d'un mois, les Phénix sont tout le contraire d'une proie facile.

Troisième meilleure offensive du circuit, les protégés de Paulin Bordeleau, qui aspiraient à soulever la Coupe Jimmy-Ferrari, ont subi le même sort que les joueurs de Martin Lafleur: une élimination hâtive dès le premier tour.

Les deux équipes sont dans le même portrait: une lutte pour la Coupe Dodge.

Si les munitions offensives ne manqueront pas du côté des Phénix, l'Intrépide, lui, peut compter sur Jérémie Lefebvre.

Ne regarde jamais le tableau indicateur. Il faut juste se concentrer sur le prochain tir et de demeurer dans sa bulle. Il faut oublier l'enjeu, oublier qu'il n'y a qu'un but d'écart. -Jérémie Lefebvre, gardien de l'Intrépide

Le gardien de but de 16 ans est méconnaissable depuis décembre. Si les premiers mois d'activités ont été difficiles pour lui, l'Angelois de 16 ans a signé une dizaine de gains et a maintenu un pourcentage d'arrêt de 91,6% durant cette période.

Au début de la campagne, les statistiques n'étaient pas aussi flatteuses à son endroit.

Par exemple?

Toujours à la recherche d'une première victoire, l'Intrépide menait 2 à 1 après une période. Rien n'était joué, mais les hockeyeurs gatinois jouaient à l'image de leur identité.

Puis au retour de l'entracte, les rôles se sont inversés et les buts se sont empilés un par un derrière Lefebvre, qui a été chassé de la rencontre. Rencontre qui s'est soldée au compte de 10 à 2.

«Ça n'avait pas été facile», a reconnu l'adolescent de 6'1 qui s'est redressé peu avant le Challenge CCM à l'instar de son équipe.

Le principal intéressé cite d'ailleurs le célèbre cerbère des Canadiens de Montréal, Carey Price en exemple pour expliquer le déclic survenu.

«Ne regarde jamais le tableau indicateur. Il faut juste se concentrer sur le prochain tir et de demeurer dans sa bulle. Il faut oublier l'enjeu, oublier qu'il n'y a qu'un but d'écart», a-t-il raconté.

«C'est ce que je ne faisais pas au début de la saison. Je pensais trop au but que je venais de laisser ou au pointage. Depuis qu'on a travaillé là-dessus avec les entraîneurs, ça va beaucoup mieux», a ajouté celui qui est surnommé «Fever» par ses coéquipiers.

Certains ont vu une différence dans son jeu. Jérémie Lefebvre est dans sa bulle et comme tout gardien qui l'est, il devient difficile à jouer contre.

Reste que le portier de l'Intrépide s'attend à un duel offensif. Les lancers risquent de fuser de partout.

Et c'est normal. Contrairement à un match de saison, celui qui aura lieu samedi en sera un sans lendemain. Une victoire et le gagnant affrontera les Vikings de St-Eustache, dernier obstacle avant le tournoi printanier présenté dans la banlieue de la métropole québécoise.

Un revers et le perdant peut ranger son équipement de hockey pour les prochains mois.

Martin Lafleur est confiant. Oui, les Phénix ont toujours eu le meilleur, mais là, ça sera différent, croit-il. Esther-Blondin a eu le luxe de se frotter à Gatineau lorsque celle-ci faisait face à beaucoup d'adversité durant la saison régulière.

L'infirmerie de l'Intrépide ne déborde pas et sa confiance est présente après deux gains bien mérités depuis la reprise des activités.

Devant Lefebvre, tout le monde a mis la main à la pâte pour que l'équipe outaouaise connaisse du succès. Sur le plan offensif, on a pu voir un tour du chapeau de Tristan Belliveau face aux Forestiers, suivi d'un doublé de Jérémy D'Auray contre le Rousseau-Royal.

D'autres comme Xavier Simoneau ne ralentissent pas, tout au contraire. Et il y a les héros de l'ombre: les joueurs qui se sacrifient sur des lancers, des replis défensifs, mais qu'on ne voit pas apparaître sur la feuille de match car ses statistiques ne sont pas comptabilisées.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média