Carrières Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Justice

Retour

02 mai 2017

Procès d’Alain Gascon: le jury amorce ses délibérations

©Facebook

Après un mois de procès, le jury dans la cause d’Alain Gascon a été séquestré mardi après-midi.

Les trois femmes et neufs hommes ont fait leur entrée au palais de justice de Gatineau avec leur valise, en matinée, et ont pris le chemin de l’hôtel en fin d’après-midi, où ils séjourneront jusqu’à ce qu’ils en viennent unanimement à un verdict.

Trois options s’offrent à eux: coupable de meurtre prémédité, coupable de meurtre non prémédité ou coupable d’homicide involontaire.

L’acquittement de l’accusé est impossible, puisqu’il a admis avoir tué son ex-conjointe le soir du 20 avril 2014.

Selon la Couronne, Alain Gascon avait planifié assassiner Angela Distasio, sa conjointe des 25 dernières années d’avec qui il était récemment séparé.

Le ministère public a notamment basé sa preuve sur le harcèlement répétitif dont aurait été victime la femme de 42 ans dans les jours et les semaines précédant son décès.

«Si je ne peux pas l’avoir, personne ne va l’avoir», aurait entre autres indiqué à plus d’une reprise Gascon à l’une de ses filles.

Le soir de Pâques 2014, l’homme aujourd’hui âgé de 52 ans s’est rendu chez l’un de ses fils, où résidait son ancienne compagne depuis la rupture, et l’a poignardée mortellement à l’aide d’une fourchette à rôti muni de deux pics longs de 13 centimètres.

Selon les dires de Gascon lui-même, il ignorait que son ex se trouvait à l’intérieur de l’appartement de la rue Symmes, dans le secteur d’Aylmer, à ce moment précis. Il souhaitait que rendre visite à son fils, a-t-il fait savoir à la barre des témoins.

D’après sa version, Mme Distasio l’aurait d’abord frappé à la tête avec un poêlon. Après avoir repris ses esprits, il se serait emparé de l’outil de cuisine ainsi que de la fourchette puis aurait commis l’irréparable.

Il s’est par la suite rendu chez l’une de ses filles, sur le boulevard de l’Europe, où il a été appréhendé.

Couvert de sang, il a lancé en arrivant: «Je pense que je viens de tuer ta mère».

Commentaires

Inscrivez votre commentaire