Carrières Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Justice

Retour

04 mai 2017

Alain Gascon coupable du pire des crimes

©Facebook

Le verdict est tombé jeudi après-midi: Alain Gascon a été reconnu coupable de meurtre au premier degré sur son ex-conjointe Angela Distasio.

Au terme de deux journées de délibération, le jury a fait son entrée dans la salle d’audience numéro 2 du palais de justice de Gatineau, à 16h15, prêt à rendre sa décision.

À la demande de la juge Catherine Mandeville, le président du groupe composé de trois femmes et de neuf hommes s’est levé, sous le regard sans émotion de l’accusé, et a prononcé les paroles que redoutait le plus le natif de Quyon.

Trois options s’offraient au jury: coupable de meurtre au premier degré, de meurtre au second degré ou d’homicide involontaire.

Appelé par la magistrate à s’exprimer s’il le souhaitait avant qu’elle ne prononce la peine, Gascon a aussitôt fait connaître son désir de porter l’affaire en appel.

«J’ai été jugé injustement. Beaucoup de mensonges ont été dits. Je vais prouver mon point en appel», a-t-il laissé tomber d’une voix sans intonation.

Condamné à une peine de pénitencier à perpétuité, Gascon ne pourra formuler de demande de libération conditionnelle avant 2039.

Le tribunal a aussi prononcé une ordonnance voulant qu’il ne puisse plus jamais entrer en contact avec ses cinq enfants.

Théorie du complot

L’homme de 52 ans estime avoir été victime d’un complot de la part des membres de sa famille et des policiers de Gatineau qui ont témoigné pour le compte de la Couronne.

«Il croit que des preuves n’ont pas été montrées au jury. Il maintient que son geste n’était pas prémédité», a fait savoir l’un de ses avocats à la suite du prononcé du verdict.

«Nous sommes déçus. On aurait aimé que ce soit un homicide involontaire, mais on respecte la décision du jury», a enchaîné Me Jacky-Éric Salvant.

Bien que son client puisse automatiquement demander de porter sa cause en appel, comme le prévoit la loi pour tous les accusés reconnus coupables de meurtre au premier degré, l’avocat-criminaliste de Montréal entend «prendre le temps d’analyser» le tout avant de statuer.

«Personne ne va l’avoir»

Digérant mal la décision de sa femme de le quitter après 25 ans de vie commune, Alain Gascon l’a poignardé à l’aide d’une fourchette à rôti muni de deux pics longs de 13 centimètres, le soir de Pâques 2014.

Angela Distasio, 42 ans, résidait à ce moment chez l’un de ses fils dans un immeuble à logements de la rue Symmes, dans le secteur d’Aylmer.

Selon plusieurs témoignages entendus au cours du procès d’un mois, dépressif, Gascon harcelait son ex-compagne depuis la rupture.

«Si je ne peux pas l’avoir, personne ne va l’avoir», a-t-il entre autres répété à l’une de ses filles dans les jours et les semaines précédant le drame.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média