Carrières Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Justice

Retour

05 mai 2017

Un violeur porte en appel le verdict de culpabilité rendu à son endroit

Un ex-courtier d’assurance de Gatineau récemment condamné à deux ans de prison a été libéré provisoirement en début de semaine.

Mamadou Bamba, 46 ans, était incarcéré depuis un mois relativement à une agression sexuelle remontant à l’été 2013.

Reconnu coupable le 30 novembre dernier par le juge Richard Laflamme de la Cour du Québec, le Gatinois disposait de 30 jours pour faire appel du jugement prononcé.

Or, lundi, la Cour d’appel a accepté de prolonger ce délai,  permettant ainsi le dépôt de l’avis d’appel daté du 19 mars dernier, donc reçu près de quatre mois après la déclaration de culpabilité de l’accusé.

Ce dernier a du même coup recouvré sa liberté de façon provisoire, dans l’attente de la décision de son appel.

En retour, l’homme a notamment dû s’engager à remettre ses passeports de la Côte d’Ivoire et du Canada.

Une cliente agressée chez elle

L’histoire d’horreur remonte au 23 août 2013.

Ce soir-là, Mamadou Bamba, marié et père de deux enfants, s’est présenté chez une cliente, une jeune femme rencontrée quelques années plus tôt dans le cadre de ses études à l’Université du Québec en Outaouais, afin de régler un imbroglio lié à la récente signature d’un contrat d’assurance.

Avant de quitter, debout sur le bord de la porte, «il dépose son sac par terre, lui fait des compliments, puis la prend de force par les bras. Au début, elle croit qu’il s’agit d’une blague. La plaignante recule vers le sofa qui se trouve tout juste derrière. L’accusé avance vers elle et la projette sur le sofa. Il lui confie alors qu’il la trouve jolie et qu’il l’a toujours désiré. Elle lui dit qu’elle n’est pas intéressée et qu’il faut qu’il parte. Il se positionne alors sur elle. Il lui réitère qu’elle est belle», a relaté le magistrat Laflamme dans son jugement.

Après l’avoir violé, l’homme a lancé à sa victime que «dans la vie, parfois, il faut forcer les choses» et que l’avortement ne serait pas optionnel si elle devait tomber enceinte.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média